dimanche 25 septembre 2016

Pourquoi je ne voterai pas à la primaire de droite

Règlements de compte à OK primaire, via le HuffPost
Ce week-end, Juan de SarkoFrance a publié sa 490ème chronique hebdomadaire résumant la semaine politique. Il interpelle ce qui est surement la principale part de son électorat dès le titre : "Pourquoi les antisarkozystes devraient voter à la primaire de droite." Son billet commence par une image où l'on peut lire "Ivres, les socialistes oublient de détester Sarko".

Oui entre 2007 et 2012, j'ai détesté Sarkozy. Je l'ai détesté pour toute sa présidence, pour toute les politiques qu'il a menées ainsi que pour les façons dont il les a menées. Nicolas Sarkozy a cassé la représentation du Président de la République, il a cassé l'honneur de l'institution. Sous prétexte de redynamiser la France, de sortir du confort du politiquement correct, il s'est comporté comme un monstre politique qui a tué le respect de la fonction présidentielle, voire même le respect des membres du gouvernement en les rétrogradant au rôle de sous-fifres. Toutes ces attaques, on en paye encore le prix aujourd'hui et on risque d'en subir les conséquences encore longtemps.

Pourtant, le retour de Sarkozy en politique ne doit pas être l'alpha et l'omega de l'opposition politique. Quand il est revenu pour prendre d'assaut l'UMP, je ne me suis pas engagé à droite pour lutter contre lui et essayer de faire élire un Bruno Le Maire qui n'a de point positif que son calme affiché. 
De la même façon, sa présence sur la ligne de départ à la primaire de la droite ne va pas me faire me lever contre lui. 

Premier point et non des moindres, voter à la primaire de la droite implique de s'engager sur la phrase:
Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France.
Je partage peut-être des valeurs républicaines avec la droite et le centre. Je crois en les institutions de la République, son parlement indépendant, sa justice libre, son éducation pour tous et sa liberté de pensée garantie entre autre par la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat. Je ne suis pas sur que tous les candidats à la primaire partagent les mêmes valeurs, notamment pas Nicolas Sarkozy qui arrive à qualifier notre constitution et la déclaration des droits de l'Homme en vulgaires "arguties juridiques". 
Je refuse de m'engager pour l'alternance, encore moins pour réussir le redressement de la France, surtout quand je me dis que la France a déjà fait un sacré bout de chemin depuis le début de l'année 2012 en terme de redressement. On peut prendre pour exemple le nombre de force de l'ordre qui a bien été redressé après la baisse du nombre de policiers et gendarmes entre 2007 et 2012. On peut aussi prendre en exemple l'éducation dont le budget, le nombre d'employés (enseignants et accompagnants) et le respect à l'institution a été largement redressé après 5 années de mépris sous l'ancien quinquennat.

Deuxième point, il est également présent dans le billet de SarkoFrance, les programmes des opposants à Sarkozy à la primaire sont tous "à droite, très à droite". Le comparatif réalisé par l'AFP est sans appel. Je veux bien voter contre Nicolas Sarkozy mais pour qui ? Le candidat qui pourrait avoir ma sympathie est Jean-Frédéric Poisson, candidat représentant le parti Chrétien-Démocrate de Christine Boutin. Ce candidat a toute ma sympathie car, comme Jean-Michel Baylet lors de la primaire de la gauche en 2011, il est le (seul) symbole de l'ouverture de cette primaire à l'extérieur des murs du grand parti organisateur. Ce candidat semble être conscient de ses limites, la preuve il est le seul à avoir mis 2016 dans le nom de son site internet et non 2017 comme l'on fait NKM, Juppé, Fillon et Sarkozy. Je ne voterais pas, voire jamais, pour un des 4 candidats cités à l'instant. Je ne me vois pas voter pour Jean-François Copé qui réussit à incarner les travers du sarkozysme tout en étant un opposant à Sarkozy.

Contrairement à Juan, ce n'est pas parce que "Juppé incarne, comme d'autres, une certaine idée de la République qui fait défaut à droite", que ça mérite tous les blancs-seings du monde. Non le combat ne reprend pas aux primaires de la droite. Le combat contre les idées de cette droite n'a et n'aura jamais de fin. Le combat contre Sarkozy et ses rejetons politiques n'a pas fini en mai 2012 puisque quand un Sarkozy s'éloigne un peu du devant de la scène politique, un Copé ou un Wauquiez prend la place.

Je participe et participerai au combat contre la droite et l'extrême-droite, mais ça ne passera pas par cette primaire.

mardi 20 septembre 2016

Sarkozy, adepte du placement produit

Une campagne politique coûte de l'argent, beaucoup d'argent. En plus, le financement d'une campagne politique est scruté par des organismes, des journalistes et même des juges d'instruction. On pourrait donc croire qu'il est de plus en plus compliqué de réussir à financer une campagne présidentielle. Heureusement, dans le triste et peu innovant microcosme politique français, il existe un homme jeune, dynamique et jamais à court d'idées pour arrondir ses fins de mois. Ce jeune homme, c'est Nicolas Sarkozy. Il est en passe de rentrer dans l'histoire comme étant le premier homme politique européen (mondial ?) à avoir intégrer le placement produit dans sa campagne électorale.

L'ancienne génération politique faisait du placement produit comme monsieur Jourdain faisait de la prose, sans le savoir. Ils se rendaient dans des usines, faisaient donc un peu de pub pour l'entreprise. Publicité surement négative quand on voit le destin tragique de nombre d'entreprises après la venue de candidats. Nicolas Sarkozy fut un de ces candidats en 2007 ou 2012. Une stèle à Gandrange est d'ailleurs là pour se souvenir de l'homme politique qu'était Sarkozy avant qu'il ne change. Même si je ne suis pas sur que Nicolas Sarkozy ait vraiment changé depuis tout se temps. Il a toujours été très innovant en matière de financement de campagne électorale. Rappelez-vous :
  • 1995, Nicolas Sarkozy trouve le moyen de financer la campagne d'Edouard Balladur grâce à la vente de t-shirt. Aujourd'hui encore, personne n'a réussi à reproduire cet exploit !
  • 2007, Nicolas Sarkozy se renouvelle et s'ouvre à l'international. Sa campagne sera financée par des légendes politiques étrangères telles que Mouammar Kadhafi. Quatre ans plus tard, Sarkozy est un peu à l'origine de la mort de son dealer de pétro-dollars. Les futurs investisseurs se retirent, il doit trouver une nouvelle source de financement.
  • 2012, Nicolas Sarkozy pense avoir une idée de génie. S'il veut être le président de tous les Français (enfin les vrais Français, pas les autres), il sera le candidat de l'UMP. Candidat de l'UMP a tel point que plus de 17 millions d'euros seront dépensés en douce par l'UMP pour la campagne du candidat Sarkozy.
On peut le comprendre, Nicolas Sarkozy en a un peu marre de voir des juges pour le financement de chacune des campagnes présidentielles auxquelles il a participé. Mais ça ne l'empêche pas d'être toujours à la pointe de l'innovation en matière de financement politique. C'est à ce moment là qu'il a cette idée révolutionnaire, adapté le financement hollywoodien à la politique française : mettre en place le placement produit. 

Au mois de mai 2016, il réussit sa première tentative avec brio. Il offre une exposition médiatique folle au Bon Coin. Une simple question naïve, "c'est quoi le Bon Coin ?", offre plus d'une semaine de buzz. Le Bon Coin connu de tous pour ses petites annonces et concurrent depuis quelques années de Pôle Emploi s'offre des pages de publicités gratuites dans tous les JT, mais aussi dans tous les réseaux sociaux. 
Cette semaine, rebelote ! En plein meeting, Nicolas Sarkozy explique que lui, le fils d'émigré hongrois, a été éduqué non pas avec l'histoire des ancêtres de ses parents mais de ses "ancêtres les Gaulois". Scandale et buzz garanti. Ce mardi, je n'ai vu que ça dans ma timeline Tweeter, je n'ai entendu parler que de ça sur la chaine FranceInfo:, de façon étonnante Libé n'en fera pas sa Une du mercredi, surement car ils ont eux aussi compris la grosse arnaque. Il s'agit encore d'un placement produit. Après la publicité pour une institution du web français, le voila en train de faire de la pub pour une institution parisienne, une table incontournable de l'Ile St Louis. Nicolas Sarkozy est d'autant plus fort qu'il prend son public à contre-courant de son image de "Président du Fouquet's". Ici, c'est une formule tout compris pour 40€, avec vin rouge à discrétion.

Dans ces deux exemples, c'est toujours tout bénéfice pour l'entreprise. Elle se voit un accès à tous les médias et tous les réseaux sociaux. Sans débourser le moindre euro à une régie publicitaire, toute la France (l'Europe ? le Monde ?) entend la marque et la grave dans sa mémoire. Toutes ces économies peuvent être reversées (toute ou partie) au candidat Sarkozy, directement ou avec un léger délai, histoire de passer plus facilement entre les gouttes du contrôle des règles de financement. Ainsi tout le monde est gagnant. Nicolas Sarkozy prouve qu'il est un jeune entrepreneur toujours sur la brèche pour trouver des méthodes de financement innovantes, pendant que les entreprises judicieusement sélectionnées profitent de conditions incroyables pour se faire connaître du grand public. 

Il reste une grande question, cette nouvelle méthode de financement va-t-elle enfin réussir ou, comme les tentatives précédentes, va-t-elle se finir elle aussi devant les juges ? Seul l'avenir nous le dira.

mardi 30 août 2016

Macron démissionne pour lancer la candidature de François Hollande

Ça faisait un bout de temps que ça couvait. Emmanuel Macron en a eu marre, marre de voir les premiers résultats de sa Loi Macron pas salués comme il se doit, marre de se voir appeler à démissionner par la gauche de la gauche, marre de se prendre la tête avec une droite parlementaire qui refuse de le suivre dans ses propositions de réformes faites pour trouver le consensus. Résultat Emmanuel Macron a démissionné ce mardi. 
Premier acte d'une candidature pour 2017 ou préparation pour une autre étape dans sa jeune carrière politique ? Ce soir le désormais ex ministre de l'économie a annoncé que le temps n'était pas à l'incarnation mais aux propositions. Est-ce le signe d'un ralliement ? Et si ...

Et si Emmanuel Macron avait démissionné pour rejoindre Alain Juppé (lire le précédent billet de ce blog) ? Et si Emmanuel Macron quittait le gouvernement pour préparer la candidature de François Hollande ?

Emmanuel Macron n'est pas un enfant de la politique. Il n'est pas socialiste, il n'est pas passé par un mouvement de jeunesse politique. Il a commencé par assister un philosophe, il a découvert le monde de l'entreprise et des patrons alors qu'il s'occupait de fusions-acquisitions pour les grandes entreprises chez Rothschild. Ensuite il a découvert la politique au quotidien de l'Elysée en tant que secrétaire général adjoint de François Hollande. Pour les connaisseurs de la série américaine "A la Maison Blanche" ("The west wing" en V.O.), être secrétaire général adjoint, c'est être dévoué corps et âme pour son Président, c'est prévoir les coups durs, c'est préparer les coups à porter le lendemain. Peu de temps après avoir quitté son poste à l'Elysée, François Hollande a fait preuve de courage et de convictions pour lancer ce jeune à un poste tant en vue (tout comme il a décidé de mettre en avant Myriam El Khomri et de mettre encore plus en avant Najat Vallaud-Belkacem).

Après la loi Macron et la loi Travail, l'homme est devenu un des chouchous des Français mais la bête noire de la gauche de la gauche, détrônant peut-être même Manuel Valls ! Pour François Hollande qui s'apprête à se lancer dans la longue et difficile bataille de sa réélection, la présence de Macron au gouvernement risquait d'être un frein au rassemblement de la famille de gauche. Pourtant Macron peut servir à gagner des voix au centre droit, surtout si Nicolas Sarkozy fait un gros score lors de la primaire à droite. Comment réussir à allier les deux ?

François Hollande est un homme de synthèse et un grand tacticien politique. Il a donc vu avec Emmanuel Macron sa sortie avec fracas du gouvernement. L'ancien ministre a ainsi le temps de s'occuper de son mouvement En Marche! Il continue son tour de France, ses porte-à-porte. Il continue sur sa lancée du meeting de la Mutualité en juillet dernier, c'est à dire à attirer autour de lui des jeunes, des moins jeunes, des entrepreneurs, des étudiants. Il laisse planer le doute sur son propre futur. Dans le même temps, il reprend un rôle de conseiller de l'ombre du Président de la République. La gauche du PS est satisfaite, François Hollande regagne des points sur sa gauche. Hollande arrive ainsi à convaincre des figures de la Gauche de le rallier et de le conseiller pour la future campagne présidentielle. Le moment venu, Emmanuel Macron sort du bois et se rallie à François Hollande, tout comme Benoit Hamon, François Hollande et Martine Aubry.

Le reste, c'est Emmanuel Macron qui l'a déjà prédit quand il s'est adressé au Président Hollande avec ces mots : "L'histoire vous rendra raison, un jour les gens vous comprendront." 

Macron démissionne pour rejoindre Juppé

Ça faisait un bout de temps que ça couvait. Emmanuel Macron en a eu marre, marre d'agir sans voir des résultats probants, marre de se voir appeler à démissionner par la gauche de la gauche, marre de se prendre la tête avec son Premier Ministre qui vise la même place de chouchou des Français. Résultat Emmanuel Macron a démissionné ce mardi. 
Premier acte d'une candidature pour 2017 ou préparation pour une autre étape dans sa jeune carrière politique ? Ce soir le désormais ex ministre de l'économie a annoncé que le temps n'était pas à l'incarnation mais aux propositions. Est-ce le signe d'un ralliement ? Et si ...

Et si Emmanuel Macron avait démissionné pour rejoindre Alain Juppé ?

On l'a remarqué lors des débats sur la Loi Macron ou sur la Loi Travail dont la première mouture avait été imaginée comme étant une Loi Macron II, plusieurs propositions ont reçu un accueil favorable dans les rangs des Républicains de l'UMP.
Lors de la création du mouvement En Marche! l'information n'avait pas tardé à fuiter, son mouvement est hébergé chez le directeur de l'Institut Montaigne, institut bien plus libéral et à droite que Terra Nova. De plus cela fait plusieurs mois que le leader du mouvement En Marche! dit qu'il est ni de gauche, ni de droite. Cet été, il le rappelait encore en disant qu'il n'était pas socialiste.
Bien sûr tous ces indices n'ont pas été semés par hasard. Cela fait plusieurs semaines que Macron sait qu'il va rejoindre Alain Juppé. Il voulait finir le job de sa loi Macron avant de partir l'esprit libre.

François Hollande n'aurait rien vu venir ? Dans le livre de Karim Rissouli et d'Antonin André, c'est écrit noir sur blanc. François Hollande se méfie bien plus de Nicolas Sarkozy que d'Alain Juppé. Il n'a donc pas vu qu'à l'Elysée était en train de se former un comité de soutien au maire de Bordeaux. Tout a commencé en douceur, par ce léger bruit dans le landernau politique mais qui n'a pas fait la une des grands journaux. Un community manager de l'Elysée quitte l'équipe de François Hollande à l'été 2014 pour rejoindre l'équipe de campagne d'Alain Juppé. Dans la même période, Emmanuel Macron est secrétaire général adjoint de l'Elysée. Coïncidence ?

Peut-être que les frondeurs qui demandaient sa démission dès le jour de sa nomination ont eu du flair et qu'il ne fallait pas faire confiance en ce jeune pas assez politique pour être digne de confiance par le microcosme politique... Mais dans ce cas, pourquoi hurlent aujourd'hui à la désertion ? Surement car ils sont eux aussi déçu de voir partir ce jeune réformiste progressiste qui, s'ils aimaient le combattre, représentait surement le renouveau et l'espoir d'une victoire de la gauche en 2017.

Bien sûr tout ceci n'est que conjoncture et une autre histoire est possible. A suivre dans dans un autre billet...

lundi 29 août 2016

Hollande est candidat à sa réélection

Je viens de lire le dernier ouvrage en date sur le Président Hollande avec de vrais morceaux de François Hollande dedans, "Conversations privées avec le Président" d'Antonin André et de Karim Rissouli. Autant le dire d'entrée, on a à faire à un bon, voire très bon, bouquin pour débuter ce qui est surement le plus difficile dans une campagne électorale, la défense de son propre bilan.

Pendant toute la première moitié du livre, la plus intéressante à mes yeux, les deux journalistes reviennent sur les principales "crises" du quinquennat : Cahuzac, Léonarda, Closer, les remaniements ministériels, le pacte de responsabilité ou encore la déchéance de nationalité. Le mode d'écriture et de construction est bien trouvé et efficace. Les journalistes introduisent chaque fait portant à discussion dans un chapitre qui rappelle ce qu'il s'est passé et le contexte. S'en suit un chapitre plus "brut", sans commentaire ni analyse, où les mots de François Hollande semblent être livrés tel quel, sans coupure.
Au fil des pages, François Hollande, mais aussi parfois Manuel Valls, Thomas Hollande et d'autres reviennent, commentent, expliquent comment les faits se sont déroulés, ce qu'ils en pensent et pourquoi ça s'est passé ainsi. L'ouvrage revient sur les débuts difficiles du quinquennat et sur les accélérations voulues. La méthode Hollande est décortiquée et analyser par les journalistes et par le principal intéressé.

Sur l'arrivée à Matignon de Manuel Valls, on apprend que le départ de Jean-Marc Ayrault était acté dans l'esprit du Président depuis l'automne 2013 mais que jusqu'au jour même du remaniement, Ayrault croit en ses chances de se maintenir au poste de Premier Ministre. On lit également que la première mission de Manuel Valls était de réunir et de consolider la majorité présidentielle. Pour cela, il a proposé à Cécile Duflot "un grand ministère allant des transports à l'énergie, avec un rang protocolaire élevé dans la hiérarchie gouvernementale". En total désaccord avec Valls depuis sa sortie sur la capacité à s'intégrer des Roms, elle refuse et force le reste des écologistes à quitter avec elle le gouvernement. Les frondeurs, le 49-3 et les départs simultanés de Benoît Hamon et d'Arnaud Montebourg rappellent l'échec de la première mission donnée à l'actuel Premier Ministre.
Remaniement toujours, François Hollande explique ses choix qui ont mené à l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Economie. Il en profite aussi pour insister sur sa volonté de "donner la possibilité à la nouvelle génération de se révéler" d'où la nomination de Najat Vallaud-Belkacem à l'Education Nationale et Myriam El Khomri au Travail.

Là où le livre semble être spécialement taillé pour lancer la campagne de François Hollande pour sa réélection, c'est sur l'aspect international et la carrure acquise aux fils des décisions prises. L'évolution de son image à l'internationale est expliquée, du petit nouveau au G8 qui se fait chambrer par Obama peu de temps après son élection à celui un an plus tard qui est une figure incontestée de la guerre contre le terrorisme islamiste. Le livre revient sur l'élan de sympathie qu'on voulut montrer les nombreux dirigeants de pays étrangers en venant à la manifestation du 11 janvier suite aux attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher de même que les lettres de noblesse acquises suite à l'intervention française au Mali.
Pan plus discret de son bilan jusqu'à présent, un chapitre entier est consacré à l'aide que la France a fournie à Alexis Tsipras lors des négociations européennes. On lit que "François Hollande coache littéralement Tsipras pour éviter une sortie de la Grèce de la zone euro." On découvre aussi que "sur instruction du président, la représentation française à Bruxelles s'est mise à la disposition de Tsipras pour préparer le Conseil européen de la dernière chance." La proximité entre les deux pays était telle que le conseiller Europe de l'Elysée et le directeur du Trésor ont aidé le service de la présidence grecque pour rédiger le plan de réforme.

L'ouvrage est très intéressant et je ne peux que le recommander. On peut s'interroger sur sa date de sortie. Pourquoi à la rentrée 2016 et non au printemps 2017 en pleine élection présidentielle ? François Hollande aura reçu à l'Elysée les deux journalistes de mai 2013 à la fin mai 2016. Cet arrêt des rencontres est-il dû au début d'une nouvelle époque, celle de la candidature ? Je ne peux que le penser tant ce livre est un excellent plaidoyer pour son action (même si seuls les côtés les plus négatifs y sont analysés et décryptés) et est un excellent rappel de sa stature internationale (et de facto de celle de la France).

La rentrée politique 2016 est entièrement sous le signe de la présidentielle 2017. François Hollande n'a pas encore sorti son programme mais on peut déjà lire sa volonté dans ce livre témoignage : 
Il faut trouver du neuf. Et ça vaut surtout pour moi parce que je suis en position de sortant. Si c'est pour dire : "On a bien travaillé pendant cinq ans et on va faire la même chose cinq ans de plus", ça ne marchera pas. Les gens n'en voudront pas. Ils veulent un nouveau temps, une nouvelle période, un nouveau thème.

vendredi 26 août 2016

1942, Jean Zay commente la vie politique d'aujourd'hui

Durant mes vacances, j'ai lu pour la première fois l'excellent journal de Jean Zay emprisonné, "Souvenirs et solitude". Au delà de son quotidien de prisonnier, l'ancien ministre du Front Populaire revient aussi sur la politique menée avant 1939 tant au niveau culturel qu'éducatif. Il livre aussi ses pensées sur le monde la France de son époque ou sur le fonctionnement des institutions politiques, parfois avec un œil désabusé, parfois avec beaucoup d'humour. 
A plusieurs reprises, j'y ai lu des passages pouvant s'adapter à notre époque. Le plus frappant est le chapitre dont je vais vous partager un extrait, chapitre daté du 22 novembre 1942 :

[...] En France, il n'y avait pas de Nicholson installé aux Champs-Élysées. Mais il existait mille Nicholsons - souvent sans talent, ni moralité - dans la presse, les cabarets, les meetings. Leur raison d'être consistait à tourner en dérision les hommes chargés des destins du pays, à rendre suspectes toutes leurs intentions, à exciter la haine contre eux. Sans doute ces hommes commettaient souvent des fautes graves ; ils prêtaient le flanc aux reproches ; ils relevaient de la libre critique. Mais le plus souvent ce n'était point leurs idées ou leur œuvre qu'on traînait sur les tréteaux ; ces sujets austères n'eussent point égayé le public. C'était leurs personnes, leurs ridicules physiques vrais ou imaginaires, leur vie intime calomniée. Revuistes ou échotiers s'efforçaient de rendre grotesques ou odieux les hommes publics de leur pays, sans même se soucier des auditeurs ou des lecteurs étrangers qui les observaient avec un mauvais sourire. Nous ne sommes pas l'Angleterre ; ces "moqueries permises", qui étaient bien plutôt dans la plupart des cas de pures diffamations, "ôtaient beaucoup au respect". Si ces caricatures "ne faisaient pas de rebellions", elles travaillaient à créer peu à peu dans le public une désaffection des hommes d’État et du régime. Elles répandaient un scepticisme désabusé, un dégoût de la vie publique, une mauvaise conscience. Elles stérilisaient les enthousiasmes. Elles affaiblissaient la cohésion nationale. Elles divisaient et surexcitaient. Les Français souffraient, a-t-on dit, de n'avoir personnes à aimer : on ne leur apprenait qu'à railler.
[...] La France était bien devenue le "paillasson" que représentait un dessin symbolique d'avant-guerre, mais ce n'était point les étrangers qui s'y essuyaient les pieds, c'étaient des Français.

mercredi 24 août 2016

Burkini, l'exaspération à tous les niveaux

Depuis 10 jours tout le monde en parle et ça me court sur le haricot. Au début je prenais ça à la légère, m'interrogeant plus sur l'orthographe de burkini (burquini ?) que sur le sujet en lui-même. Quelques jours plus tard, on apprend que l'affaire du burkini corse n'était en fait qu'une affaire de plage privatisée d'un commun accord par une famille. Ce n'est pas le premier cas en corse et le fait qu'il s'agisse d'une famille d'origine maghrébine semble plus être une preuve excellente d'intégration (si besoin il y avait) que de grand remplacement.

Et aujourd'hui c'est la fête de la photo. Des flics municipaux ont décidé de faire appliquer un arrêté municipal sur la plage de Nice. Résultat des dizaines de contraventions et une série de photos d'une femme plus voilée qu'en burkini obligée d'enlever son voile / burquini. Résultat vague d'indignations contre le comportement de la police, vague d'indignation contre le gouvernement, vague d'indignation contre ceux qui ne s'indignent pas.

Et le tout ça m'exaspère au plus au point. 

Cet été on a fêté les 70 ans du bikini. A l'époque ces petits bouts de tissu étaient la marque de la libération de la femme sans pour autant en être l'alpha et l'omega de la tenue de plage. Régulièrement on voit, on entend des femmes de pays non laïc et musulmans faire preuve d'une audace folle en se dévoilant la tête sur Youtube et Facebook.
Cet été toujours j'ai vu une dermato qui sous couvert d'humour me disait de me méfier des crèmes solaires trop faibles et que la protection la plus sûre restait la burqa. Elle a tout de même fini sa consultation en me conseillant les vêtements spéciaux anti-UV, plus proche de la burqa pour homme que du bikini... On est en train de demander à des policiers de verbaliser des femmes qui se couvrent trop alors que des médecins recommandent de nous couvrir pour éviter les cancers de la peau. Allez expliquer au gamin qu'à la plage il devra mettre son t-shirt moche pendant que les grands sont obligés d'être à poil.

Aujourd'hui j'ai lu que cette photo ressemblait à une provocation bien calculée, d'ailleurs pourquoi ce photographe, pourquoi ces clichés avant la verbalisation et le déshabillage. Et bien peut-être ou peut-être pas. En même temps faire de la provocation contre un décret municipal idiot, cette femme ne sera ni la première ni la dernière à la faire.
J'ai aussi lu que cette femme n'avait rien à faire sur la plage habillée ainsi sans ustensile de plage traditionnelle comme la serviette et surement le pot et la pelle à château de sable. Et alors ? Il y a un uniforme ET une panoplie à avoir avant d'aller à la plage ? Elle est déjà pleinement habillée, à quoi lui servirait une serviette ? Elle est sur une plage de galet, pourquoi prendre des accessoires. Vous me verriez sur la plage, je serais presque autant habillé, en tout cas bien loin de l'uniforme du maillot de bain de rigueur. Vous ne me verriez jamais m'approcher de l'eau donc également sans serviette. Vous me verriez barbu et le regard noir, car on m'aurait surement forcé à me rendre dans ce genre de lieu. Au final, j'ai bien peur de ressembler à un dangereux radicalisé. J'espère ne jamais me faire verbaliser pour ça.

Aujourd'hui un adjoint au maire de Nice a déclaré qu'il porterait plainte contre ceux qui diffusent les photos des policiers municipaux en train de verbaliser la femme. Car il serait aussi interdit à présent à Nice de prendre des photos et de les diffuser. En revanche il n'est toujours pas interdit de se foutre de la gueule des électeurs puisque cet adjoint au maire n'est autre que Christian Estrosi, celui qui par respect pour ses électeurs régionaux à concéder à ne plus être maire de Nice. Il reste quand même la seule personnalité politique de Nice à répondre aux interviews et à annoncer des actions en justice contre n'importe qui.

Pour finir une mention spéciale de l'exaspération à mes camarades vrauchistes, dont certains me qualifient déjà de facho pour mon soutien à Valls en temps normal. J'ai cru que la vraie gauche, le vrai communisme et non cette social-démocratie de traitres comme ils disent, était contre l'oppression de la religion. Toujours cet été à Riga, j'ai visité une cathédrale orthodoxe qui, à l'époque de l'occupation soviétique, fut transformée en planétarium (en même temps vu les domes de cet édifice, ce devait être un beau planétarium). Alors cette vraie gauche aurait-elle aussi trahi ses idéaux pour défendre le droit à être religieux ?

Cette histoire de burkini est exaspérante et n'amènera à rien. Que ce soit interdit ou toléré, on trouvera toujours quelqu'un pour dire que ça fera monter le FN. La visibilité ou non de ce vêtement sur les plages ou à la piscine fera monter le FN. D'ailleurs sans cette histoire de burquini, on aurait bien trouvé autre chose pour faire monter le FN, je vous laisse le choix entre la multiplications des candidatures à gauche, la multiplication des candidatures à droite, la politique du gouvernement, le programme politique des candidats de droite, le chômage, les réfugiés, les nouveaux programmes au collège et pourquoi pas les mauvais résultats de la natation aux JO. 
On trouvera toujours, et étonnement pour les mêmes raisons, quelqu'un pour dire que tout ça va faire monter le djihadisme. 

Bref cette histoire de merde m'exaspère.