lundi 8 août 2011

Fichez-nous la paix

fraude-socialeL'heure est grave! L'économie mondiale vacille, les toutes puissantes agences de notation observent et notent les politiques des différents gouvernements. Dans ce contexte, pas d'échapatoire, il faut réduire la dette à tout prix! Comme déjà dit, il y a deux façons de réduire la dette, réduire les dépenses ou augmenter les revenus. Saluons aujourd'hui l'initiative du gouvernement qui souhaite, une fois n'est pas
coutume, augmenter ses ressources en allant récupérer l'argent qui lui est dû.

Un rapport parlementaire estime à 20 milliards d'euros par an le montant de la fraude sociale (SarkoFrance l'évoquait déjà au mois de juin). Le gouvernement est donc bien décidé à agir pour récupérer ses 20 milliards. C'est donc en toute logique que Thierry Mariani, ministre du transport, propose la création d'un fichier national fichant tous les Français recevant des prestations sociales (ce
cancer de la société). Soutenu par Xavier Bertrand, ces honnêtes ministres trouvent scandaleux que rien n'empêche quelques bénéficiaires du RSA de voler l'état en profitant d'allocations indues de la part de différents services. Ces voleurs de la Nation représentent la bagatelle de 2 milliards d'euros! Grace à ce nouveau fichier des pauvres (qui viendra rejoindre les 44 fichiers policiers créés sous Nicolas Sarkozy), l'Etat pourra espérer récupérer 10% des fraudes sociales.

Si les pauvres français ne représentent que 10% des fraudes sociales, qui sont les voyous qui volent tous les ans 18 milliards d'euros à l'état? Ce sont les honnêtes entreprises qui oublient de payer une partie de leurs cotisations sociales. Ces mêmes entreprises qui sont bien contentes d'avoir vu les heures supplémentaires être défiscalisées car elles ont ainsi pu les déclarer sans payer plus de ces satanées cotisations...

La solidarité nationale demandée par le gouvernement pour résorber la dette a bon dos. Les entreprises qui ne payent pas leur part de cotisations, les riches exilés fiscaux qui ne payent pas leurs impôts, tous les profiteurs de niches fiscales qui ne participent pas à cet élan de solidarité sont tous serains et loin d'être inquiétés. Par contre les moins favorisés doivent mettre la main à la poche tous les jours et bientôt ils seront fichés à titre de fraudeur potentiel. Ca ressemble de plus en plus à de la persécution à ce niveau.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire