mercredi 3 juin 2015

En route vers un rassemblement autour du gouvernement

Ce week-end aura lieu à Poitiers le Congrès du PS et durant trois jours les socialistes débattront de l’orientation générale du parti pour les trois prochaines années et un peu plus loin je l’espère. Ces débats vont permettre de clarifier des positions, nuancer des avis et doivent permettre le rassemblement autour d’une ligne directrice portée par Jean-Christophe Cambadélis enfin élu démocratiquement Premier Secrétaire du PS après avoir assuré pendant un an cette fonction en tant que remplaçant d’Harlem Désir.

Avant les débats du congrès, les militants ont déjà réfléchi, débattu et tranché par un vote sur les motions. Par ce vote, c’est un soutien clair et massif apporté au gouvernement puisqu’environ 60% des voix se sont portées sur la motion de Cambadélis, motion soutenue par les ministres socialistes du gouvernement. Ces 60% montrent aussi que ce n’est pas un plébiscite soviétique et les 29% de la motion B montrent que les députés frondeurs ne sont pas isolés et déconnectés de la base militante mais simplement, et comme rappelé souvent ici, minoritaire au sein du PS et de la population française.

Pendant que le congrès du PS permet de clarifier un peu la situation au sein du PS, les mêmes interrogations sont visibles au sein d’autres formations politiques. Chez Europe Ecologie – Les Verts, il y a aussi un clivage entre soutiens au gouvernement et partisans d’une ligne plus radicale et proche du Front de Gauche. Les détracteurs du gouvernement choisissent souvent la facilité en réduisant  l’aile pro-gouvernementale à Jean-Vincent Placé, son goût du pouvoir et son ambition ministérielle affichée. Il n’est pourtant pas seul dans son parti à vouloir enrayer cette fuite vers la gauche de la gauche. Le 2 mai dernier écologistes de divers partis et représentants du jeune Front Démocrate appelaient à une « Maison commune », parmi les signataires on retrouvait François-Michel Lambert, député EELV, Jean-Marc Brûlé, conseiller Régional EELV d’Ile-de-France, et Emmanuelle Bouchaud, vice-présidente EELV de la Région Pays-de-la-Loire. Cette dernière vient de quitter EELV car elle se considère en désaccord avec la ligne nationale du parti et appelle ses désormais anciens camarades à rejoindre la ligne social-démocrate de l’équipe Hollande / Valls.

Pour exaucer le vœu d’Emmanuelle Bouchaud, il va falloir travailler. Cambadélis a déjà retroussé ses manches et a proposé une organisation collective de la traditionnelle université d’été du PS en invitant tous les partenaires du PS (EELV, PRG, MRC, FD et même PCF) à coorganiser l’événement. Si Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale EELV, a décliné très rapidement la proposition, elle a néanmoins proposé l’organisation de 4 ateliers qui peuvent servir de base à une réunion de famille dans cette future maison commune :

  • sur la loi de transition énergétique,
  • sur « l’invention d’un nouveau modèle de développement économique et social »,
  • sur le bilan de l’accord de législature passé en 2011,
  • enfin sur « les réponses institutionnelles à apporter à la crise démocratique ».

Ces 4 thématiques sont très intéressantes, particulièrement celle sur le bilan de l’accord passé en 2011. Il est important pour préparer 2017 de discuter de ce bilan. Ce sera l’occasion aux écologistes d’expliquer leur départ du gouvernement pour ce qui m’apparaît toujours un délit de faciès contre Manuel Valls. Ce sera également l’occasion de tirer les conclusions d’une telle expérience afin d’améliorer le futur accord qui se doit d’exister pour les années à venir.

A l’image du congrès socialiste qui a permis de clarifier le rapport de force, Europe Ecologie Les Verts aussi doivent surement s’interroger sur leur volonté de rapprochement. Il semble difficile de vouloir jouer le jeu du rapprochement avec un PS qui est plus que jamais derrière son gouvernement et en même temps vouloir se rapprocher d’un Front de Gauche qui croit encore que « Jean-Luc Mélenchon est [leur] passerelle avec le monde de la nouvelle gauche à construire » (dixit Alexis Corbière).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire