mercredi 16 décembre 2015

Le (mauvais ?) réveil de la Force

Tout le monde en parle cette semaine, à croire que l’événement est incroyable et incontournable en France. Arte en a consacré un nouveau documentaire en prime-time, France 2 un en deuxième partie de soirée, prélude aux films qui seront surement rediffusés très prochainement. En librairie c’est la même chose, impossible de passer à côté du phénomène. De nombreux livres sont sortis les derniers mois alors que l’on pouvait croire que tout avait déjà été écrit sur cette incroyable histoire.

Avec le prochain anniversaire des 20 ans de la mort de François Mitterrand qui arrive dans 3 semaines, tout le monde tente de réveiller le souvenir de cette force tranquille qu’était le premier Président socialiste de la 5ème République. C’est une bonne chose, cela permet de se remémorer les actions d’un socialiste qui portait les espoirs de tout un peuple de gauche. François Mitterrand est en plus un « bon client » pour les reportages télé avec ses différentes vies de famille, avec son combat secret contre la maladie et son aspect de monarque tant dans son comportement que dans celui de ses « courtisans ».

Le problème est que cette semaine, les reportages télé n’ont commencé à réveiller que le côté obscur de la Force. Arte s’est attardé longuement sur son goût de l’intrigue et des conspirations, sur son goût pour le secret (ou quand le secret médical rencontre le secret d’Etat) ou encore ses liens de jeunesse avec le régime de Vichy. France 2, à la limite plus honnête, annonçait un reportage tourné sur son combat contre la maladie. Les deux reportages ont fait la part belle à l’image d’un homme dont le mensonge faisait parti intégrante de sa personnalité.

Certes il est impossible de tracer le portrait de François Mitterrand en occultant ces aspects, il devrait être également impossible de tracer le portrait du même homme sans s’attarder sur sa conquête du Parti Socialiste, l’écriture d’un programme commun avec le Parti Communiste, sa campagne électorale de 1981, ses combats politiques de l’abolition de la peine de mort à la construction européenne en passant par toutes ses réformes économiques. Ce lundi, le reportage d’Arte a réussi l’exploit de résumer toutes les grandes mesures de François Mitterrand en une seule et unique phrase. Pourtant le choix des intervenants permettaient d’avoir des avis positifs et négatifs, gage théorique d’une neutralité qui n’a pas résisté au choix des thèmes abordés.

En 2016, François Mitterrand aurait eu 100 ans. En 2016, François Mitterrand sera mort depuis 20 ans. Ce sera donc une année forte en hommage en tout genre. En 2011, pour les 30 ans de sa victoire à l’élection présidentielle, une grande fête avait été organisée Place de la Bastille, montrant tout un peuple de gauche réuni dans l’espoir d’un successeur qui saurait mettre fin à 10 ans de gouvernement de droite. En 2016, pour éviter à une droite toujours plus réactionnaire de reprendre le pouvoir, espérons le réveil d’une force tranquille nouvelle qui arrive à réunir de nouveau les différentes composantes de la gauche. Que la Force soit avec eux !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire