mardi 20 septembre 2016

Sarkozy, adepte du placement produit

Une campagne politique coûte de l'argent, beaucoup d'argent. En plus, le financement d'une campagne politique est scruté par des organismes, des journalistes et même des juges d'instruction. On pourrait donc croire qu'il est de plus en plus compliqué de réussir à financer une campagne présidentielle. Heureusement, dans le triste et peu innovant microcosme politique français, il existe un homme jeune, dynamique et jamais à court d'idées pour arrondir ses fins de mois. Ce jeune homme, c'est Nicolas Sarkozy. Il est en passe de rentrer dans l'histoire comme étant le premier homme politique européen (mondial ?) à avoir intégrer le placement produit dans sa campagne électorale.

L'ancienne génération politique faisait du placement produit comme monsieur Jourdain faisait de la prose, sans le savoir. Ils se rendaient dans des usines, faisaient donc un peu de pub pour l'entreprise. Publicité surement négative quand on voit le destin tragique de nombre d'entreprises après la venue de candidats. Nicolas Sarkozy fut un de ces candidats en 2007 ou 2012. Une stèle à Gandrange est d'ailleurs là pour se souvenir de l'homme politique qu'était Sarkozy avant qu'il ne change. Même si je ne suis pas sur que Nicolas Sarkozy ait vraiment changé depuis tout se temps. Il a toujours été très innovant en matière de financement de campagne électorale. Rappelez-vous :
  • 1995, Nicolas Sarkozy trouve le moyen de financer la campagne d'Edouard Balladur grâce à la vente de t-shirt. Aujourd'hui encore, personne n'a réussi à reproduire cet exploit !
  • 2007, Nicolas Sarkozy se renouvelle et s'ouvre à l'international. Sa campagne sera financée par des légendes politiques étrangères telles que Mouammar Kadhafi. Quatre ans plus tard, Sarkozy est un peu à l'origine de la mort de son dealer de pétro-dollars. Les futurs investisseurs se retirent, il doit trouver une nouvelle source de financement.
  • 2012, Nicolas Sarkozy pense avoir une idée de génie. S'il veut être le président de tous les Français (enfin les vrais Français, pas les autres), il sera le candidat de l'UMP. Candidat de l'UMP a tel point que plus de 17 millions d'euros seront dépensés en douce par l'UMP pour la campagne du candidat Sarkozy.
On peut le comprendre, Nicolas Sarkozy en a un peu marre de voir des juges pour le financement de chacune des campagnes présidentielles auxquelles il a participé. Mais ça ne l'empêche pas d'être toujours à la pointe de l'innovation en matière de financement politique. C'est à ce moment là qu'il a cette idée révolutionnaire, adapté le financement hollywoodien à la politique française : mettre en place le placement produit. 

Au mois de mai 2016, il réussit sa première tentative avec brio. Il offre une exposition médiatique folle au Bon Coin. Une simple question naïve, "c'est quoi le Bon Coin ?", offre plus d'une semaine de buzz. Le Bon Coin connu de tous pour ses petites annonces et concurrent depuis quelques années de Pôle Emploi s'offre des pages de publicités gratuites dans tous les JT, mais aussi dans tous les réseaux sociaux. 
Cette semaine, rebelote ! En plein meeting, Nicolas Sarkozy explique que lui, le fils d'émigré hongrois, a été éduqué non pas avec l'histoire des ancêtres de ses parents mais de ses "ancêtres les Gaulois". Scandale et buzz garanti. Ce mardi, je n'ai vu que ça dans ma timeline Tweeter, je n'ai entendu parler que de ça sur la chaine FranceInfo:, de façon étonnante Libé n'en fera pas sa Une du mercredi, surement car ils ont eux aussi compris la grosse arnaque. Il s'agit encore d'un placement produit. Après la publicité pour une institution du web français, le voila en train de faire de la pub pour une institution parisienne, une table incontournable de l'Ile St Louis. Nicolas Sarkozy est d'autant plus fort qu'il prend son public à contre-courant de son image de "Président du Fouquet's". Ici, c'est une formule tout compris pour 40€, avec vin rouge à discrétion.

Dans ces deux exemples, c'est toujours tout bénéfice pour l'entreprise. Elle se voit un accès à tous les médias et tous les réseaux sociaux. Sans débourser le moindre euro à une régie publicitaire, toute la France (l'Europe ? le Monde ?) entend la marque et la grave dans sa mémoire. Toutes ces économies peuvent être reversées (toute ou partie) au candidat Sarkozy, directement ou avec un léger délai, histoire de passer plus facilement entre les gouttes du contrôle des règles de financement. Ainsi tout le monde est gagnant. Nicolas Sarkozy prouve qu'il est un jeune entrepreneur toujours sur la brèche pour trouver des méthodes de financement innovantes, pendant que les entreprises judicieusement sélectionnées profitent de conditions incroyables pour se faire connaître du grand public. 

Il reste une grande question, cette nouvelle méthode de financement va-t-elle enfin réussir ou, comme les tentatives précédentes, va-t-elle se finir elle aussi devant les juges ? Seul l'avenir nous le dira.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire