mardi 11 octobre 2011

Unité dans les urnes et dans la rue contre Sarkozy

IMG-20111011-00163.jpg 
Sarkozy aura réussi une chose durant son mandat, l'union contre lui et sa politique. Après les millions de manifestants en 2010 contre sa réforme des retraites, la basculement historique du Sénat à Gauche, les 2,7 millions d'électeurs venus voter au 1er tour de la primaire citoyenne, aujourd'hui ce sont 5 des plus importants syndicats (CFDT - UNSA - FSU - CGT - Solidaires) qui ont appelé à manifester contre la politique d'austérité du gouvernement.
A Paris, les salariés du privé et du public se sont réunis pour faire le parcours République - Bastille. Le long du cortège, des élus socialistes parisiens, de nombreux militants du Front de Gauche et le candidat du NPA (Philippe Poutou) étaient là pour soutenir les salariés.
Les motifs de la contestation? Cette politique toute sarkozienne qui sous couvert de solidarité nationale demande aux plus riches une contribution temporaire qui rapportera à l'état 200 millions d'euros et qui dans le même temps double la taxe sur les mutuelles rendant plus difficile l'accès aux soins pour les travailleurs les moins riches et donc les familles les plus en difficultés. D'ailleurs le long du parcours plusieurs associations de mutuelles étaient présentes pour tirer le signal d'alarme d'une santé mise à mal pour toujours plus de Français et appeler les manifestants à signer une pétition (ici).
Deuxième motif d'insatisfaction, le manque d'action pour enrayer la montée du chômage. L'exonération de cotisations sociales pour les heures supplémentaires ne remplit pas les caisses de l'Etat et incite les entreprises à ne pas recruter plus. De plus le service publique est toujours plus mal traité avec la stupide règle de non remplacement d'un fonctionnaire sur 2 partant à la retraite. Cette règle commence à porter ses fruits, non pas dans les finances de l'Etat, mais dans les services aux Français que ce soit au niveau de l'Education, de l'Hôpital public, de la Police ou de la Justice.
Le gouvernement a raison, cette grève, ces manifestations partout en France ne changeront rien, enfin jusqu'en mai 2012. Mais ce n'est pas une raison pour ne pas s'exprimer! Car dès juin 2012, un nouveau gouvernement sera en place et il sera là pour prendre en compte ces revendications. Il faudra reconstruire tout ce qui a été cassé par Nicolas Sarkozy, en embauchant du personnel éducatif massivement (12 000 embauches supplémentaires par an par exemple), en redonnant confiance aux personnel de la Justice, en arrêtant de se servir uniquement des salariés comme solution (en taxant plus les très hauts revenus, en supprimant des niches fiscales, en supprimant les exonération sur les heures supplémentaires, etc.) 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire