mardi 17 janvier 2012

Le sommet de la crise sociale

Ce mercredi à l'Elysée, Nicolas Sarkozy va rencontrer tous les représentants des syndicats français pour un sommet social transformé après la perte du Triple A en sommet de la crise.
Au programme de ce sommet, il y aura bien sur la TVA sociale. Rien que sur ce sujet, j'ai du mal à croire à une solution trouvée avant la présidentielle et donc à voir un véritable intérêt à ce sommet. Tous les syndicats sont contre, une partie des élus UMP aussi mais Nicolas Sarkozy la veut et il l'a encore répété aujourd'hui avec des mots durs: "La question maintenant se pose de diminuer le poids des charges sociales sur les effectifs de l'agriculture et de l'industrie françaises, sinon (...) la France se videra de son sang parce qu'on ne pourra plus produire en France". Une nouvelle fois, le sommet n'a pas encore commencé que l'on peut déjà douter de la volonté d'écoute du président… 
La CFDT propose de largement baisser les cotisations patronales (10 points) pour augmenter les salaires et la CSG (7 points). Cette piste est annoncée comme étant à discuter avec les autres syndicats et le gouvernement. Heureusement, car si il y a hausse de la CSG, celle ci ne va pas impacter que les salariés. Quid des retraités, surtout ceux qui ont déjà une retraite qui les force à vivre avec une misère ?

Les débats devraient également porter sur le chômage partiel. C'est une solution qui semble avoir largement été utilisée en Allemagne durant la crise, ce qui a permis au pays de nettement mieux gérer la crise depuis 2008 que la France. Ce sommet peut servir à envisager les différentes pistes pour appliquer ce chômage partiel en France. Les questions en suspens devrait être la durée d'application de cette mesure et surtout le financement à un moment où la France doit chercher à faire des économies.

Je me permets un petit aparté avec ce graphe, fourni par Google Public Data, qui montre que les mesures prises en Allemagne depuis 2009 (en partie donc grâce au chômage partiel) ont permis au pays de continuer à faire baisser sa courbe du chômage en pleine crise européenne. En revanche la France qui stagne autour de 10% depuis 2009 ne s'en sors pas si bien que ce qu'essaye de faire croire le gouvernement en campagne pour son président-candidat. Depuis 2009 et les premières conséquences de cette crise, la Suède (qui était le modèle à suivre en 2007) a diminué son taux de chômage de 1,5%, l'Allemagne (le modèle pour 2012) a baissé son taux de 2,4%, même la Belgique sans gouvernement à vu son chômage baisser.

Enfin, la question du temps de travail sera surement remis sur la table. Depuis 2006 Nicolas Sarkozy veut revenir sur cette mesure. Sa défiscalisation des heures supplémentaires n'a rien donné. Il va chercher à s'attaquer aux journées de repos des travailleurs. Journées de RTT, 5 semaines de congés payés, voilà des avantages scandaleux qui pourtant ne nous empêchent pas d'être parmi les plus productifs d'Europe, devant l'Allemagne ou la Suède.
Le problème est que chomage partiel + hausse du temps de travail hebdomadaire, ces deux mesures vont dans un seul sens : encore et toujours donner du travail à ceux qui en ont déjà et donc laisser sur la touche les chomeurs et les jeunes, surtout les moins diplômés.

Le problème est donc loin d'être simple. S'il est toujours nécessaire de travailler main dans la main avec les syndicats pour lutter contre le chômage et pour améliorer le sort de nos entreprises, il est peut être un peu tard pour en prendre conscience... Durant ce quinquennat, les syndicats n'auront pas été écouté ni pour la loi TEPA, ni pour la réforme des retraites, pourquoi le serait-il à moins de 3 mois du premier tour de l'élection présidentielle? Les Français ne semblent pas dupes puisqu'ils sont 73% à mettre en doute l'efficacité de cette rencontre. J'y vois tout de même un point positif. Ce sommet va permettre de continuer les discussions entre syndicats afin qu'ils puissent arriver uni dès le lendemain de l'élection présidentielle pour discuter de véritables réformes à mettre en place avec François Hollande...

2 commentaires:

  1. et y a ce fameux "pacte de compétitivité", soutenue par le Medef... une arnaque !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai vu ca en lisant ton billet, mais je m'y perd entre reduction du temps de travail et suppression des 35h

    RépondreSupprimer

J'ai quelques a priori tenaces, notamment envers les commentateurs anonymes. Si tu ne veux pas risquer la censure, alors évite l'anonymat et exprime toi avec ton nom ou un pseudonyme (option "Nom/URL).