lundi 16 juillet 2012

Il y a 70 ans, le Vel D'Hiv

Il y a 70 ans, plus de 13 000 juifs étaient regroupés au Vélodrome d'Hiver par la police française afin de les déporter vers Auschwitz. Ce matin je me suis réveillé en entendant à la radio ce sondage incroyable : 60% des jeunes de 18 à 24 ans ne savent pas ce qu'est la rafle du Vel d'Hiv !
Quel chiffre ! La question n'était même pas une question piège puisque l'institut CSA débutait son questionnaire par la question "Avez-vous déjà entendu parler de la rafle du Vel d’Hiv ?". C'est donc à cette question que 60% des jeunes adultes, mais aussi 67% des 15 à 17 ans et 57% des 25 à 34 ans ont répondu par la négative.
Photos de juifs morts en déportation au Mémorial de la Shoah à Jeruslaem
Ma première réaction a été immédiate, c'est la faute aux différentes réformes scolaires. L'épreuve écrite d'histoire-géo a été avancée à l'année de 1ère pour les séries scientifiques. En ce qui concerne certaines séries technologies l'épreuve d'histoire-géo n'est qu'une épreuve orale de coefficient 1 (ce qui la rend à peine plus importante qu'une matière facultative).
En agissant comme si l'histoire et la géographie étaient des matières de secondes zones, comment réussir à faire passer le message de l'importance de certains faits qui ont marqué notre histoire ? 
En y réfléchissant, ce n'est bien sur pas cette réforme du baccalauréat qui est la cause des résultats des du sondage, la réforme étant bien trop récente. En revanche, on peut s'inquiéter du résultat du même sondage dans une dizaine d'années si l'on continue dans cette direction...

Ma deuxième pensée a été pour Christiane Taubira (qui, au passage, a rendu hommage ce lundi à Jacques Chirac et à son discours historique reconnaissant la responsabilité de l'Etat français dans cette rafle). En 2001, elle a fait passé une loi mémorielle reconnaissant les traites et les esclavages comme crime contre l'humanité. Le 2ème article de cette loi précise que "les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la traite négrière et à l'esclavage la place conséquente qu'ils méritent". Un des objectifs de cet article est clairement que ce pan de l'histoire de France ne puisse plus être ignoré par les jeunes générations. Dans son livre "Mes météores", Christiane Taubira explique son attachement à cet article et fait le lien avec les exactions des autorités allemandes et françaises durant la seconde guerre mondiale. Hélas, quand je vois aujourd'hui le résultat de l'enseignement de la seconde guerre mondiale et sa place conséquente dans les programmes scolaires, je m'inquiète du résultat à venir sur l'esclavage...

Mais comment faire pour sensibiliser plus la population ? Ou faut-il faire en sorte que la population soit plus sensibiliser à son histoire ? La majeure partie des Français savent ce qu'il s'est passé durant la seconde guerre mondiale, cela suffit peut-être...
Bien sur je ne suis pas d'accord avec les deux dernières hypothèses. On ne peut pas continuer à laisser croire à l'unique culpabilité des Allemands dans la déportation et la mort des Juifs. On doit aussi reconnaître les phases les plus sombres de notre histoire et la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv, celle de la traite et de l'esclavage, ou notre passé de puissance colonisatrice en font parties. Mais comment arriver à ce résultat ? Là, je suis preneur d'idée. L'importance médiatique donnée à cette journée et j'espère l'importance qui sera donnée à la journée de dimanche (journée officielle de commémoration de la Rafle) doivent permettre à améliorer la connaissance de cette histoire. Peut être que l'Etat français peut aussi aider au financement de films grands public sur ces sujets pour toucher le plus grand nombre (en espérant toucher autant de personnes qu'"Indigènes" et plus que "La loi et l'ordre"). 
Si vous avez d'autres idées pour améliorer la connaissance historique de la plus grande partie des Français, n'hésitez pas, la boîte à commentaires est là pour ça...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire