jeudi 12 février 2015

L'Assemblée Nationale s'ouvre à la démocratie participative

Certaines révolutions se produisent sans bruit ni fracas. C’est un peu ce qui est en train de se passer à l’Assemblée Nationale. Les députés s’ouvrent toujours plus aux citoyens qu’ils représentent. Tout d’abord en étant plus transparent sur leur activité, ensuite en ouvrant les débats à l’extérieur de l’hémicycle.

Le premier point n’est pas si discret que ça puisqu’il fait l’objet de nombreux articles de presse. L’Assemblée Nationale publie le détail des subventions que chaque député a sorti de sa réserve parlementaire. Cet exercice permet aux électeurs de vérifier si son député aide plus l’association dirigée par son neveu  qu’un projet locale de la commune voisine. Dans ce récapitulatif, on peut voir les dégâts collatéraux du cumul des mandats. Bien sur pour les habitants de la commune, c’est tout bénéf pour les administrés de la commune de Gilles Carrez (UMP) qui dépense 350 000€ pour sa commune, pour ceux d’Antibes où Jean Leonetti qui dépense la totalité de sa réserve parlementaire pour sa ville, ou pour les habitants de Yerres qui ont la chance de recevoir 60% de la réserve parlementaire de Nicolas Dupont-Aignan quand ils ne représentent que 25% de la population de la circonscription.

Le deuxième point n’a pas fait parler de lui en revanche alors qu’il s’agit d’une grande nouveauté. Dans le plus grand esprit de démocratie participative, Claude Bartolone a voulu que les internautes puissent donner leur avis sur des textes débattus à l’Assemblée Nationale. Le premier exercice du genre se déroule en ce moment même. Jusqu’au lundi 16 février à midi, il est possible de d’apporter sa contribution sur la proposition de loi pour les personnes en fin de vie.

Sur le site de l’Assemblée Nationale, les motifs du projet de loi sont clairement exposés et donc plus facilement accessible que dans le PDF traditionnel. Ensuite chaque article est accessible en un seul clic. Chacun de ces articles peuvent recevoir une contribution. Au moment de l’écriture de ce billet, 6723 contributions avaient déjà été déposées dont 2266 sur le premier article. En tout ce sont 11 articles qui sont soumis au débat avec les internautes. Ces contributions seront prises en comptes et rapportées dans l’hémicycle lors des débats parlementaires. Pour participer et déposer sa ou ses contributions, il suffit de se créer un compte sur le site de l’Assemblée Nationale puis de rédiger un texte qui respecte la charte de modération du site.

C’est une belle initiative qu’a prise le Président de l’Assemblée Nationale. J’espère que cette première initiative sera un succès et que l’on pourra voir lors des débats sur la fin de vie l’imbrication des contributions citoyennes dans les discussions entre parlementaires. Il me semble plus responsabilisant de demander aux citoyens de participer  un débat, de prendre le temps de réfléchir et de poster une contribution que de demander des referendums à tout va.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire