mardi 17 septembre 2013

La vieille rengaine du laxisme

Qui a tenu ces propos : « Nous reprochons son laxisme, [...] les poursuites incomplètes des malfaiteurs, la libération presque immédiate de ceux qui ont commis des méfaits, ce qui décourage la police, et puis également le fait de nous préparer un code pénal qui est un désastre et accentuera encore l'insécurité pourtant très grande. » ?

Ce sont des mots très intéressants, ils semblent directement issu d'un argumentaire de l'UMP, d'ailleurs, sur leur site, on peut y lire :
« La réforme pénale de François Hollande privilégie le laxisme plutôt que la fermeté envers les délinquants.
Le projet vise d'une part à éviter que les délinquants entrent en prison et d'autre part qu'ils en sortent au plus vite. Ce message d'impunité risque d'entraîner une nouvelle hausse de l'insécurité. »


Pourtant, la réponse est loin d'être aussi évidente qu'elle n'y paraît ! En réalité, cette citation est une nouvelle preuve que l'UMP est un véritable repère de réactionnaires coincés au siècle dernier. Ces propos étaient tenus le 27 novembre 1982 lors du congrès de l'association « Légitime Défense ». La preuve en images, c'est accablant :

3 commentaires:

  1. Belle démonstration de désintoxication!
    Faut dire que les USA, d'après les bandes-annonce de RMC découverte sur les reportages consacrés aux prisons US, ont le 1/4 de la population carcérale mondiale chez eux, et que leur pays est sûr, tellement sûr qu'il n'y a jamais de massacres...humour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le rêve américain a du plomb dans l'aile

      Supprimer
  2. C'est bien méchant tout ce qui est dit là : il existe un reportage sidérant sur l'univers carcéral aux USA : " Les prisons de VANVACAS" Le ralisateur n'est autre que Daniel CARLIN et le sachant, un merveilleux pédopyschiatre : Tony LAINE disparu prématurément. C'est lui qui s'est occupé de "David, l'enfant au placard".
    Quelle immense perte a été pour l'enfance et pour la Justice, un praticien comme Tony LAINE !
    Trouve son reportage, mûris le ...
    Le peuple américain est comme nous. Nous sommes frères de coeur et de sang : comme nous, il a sans cesse pu renaître du pire.
    Bz

    RépondreSupprimer