jeudi 17 septembre 2015

Réponses aux questions de Nicolas Sarkozy

A droite, déjà quand il n’y a pas d’afflux exceptionnel de migrants, on n’hésite pas à jouer sur la peur de leur arrivée massive. Une des plus belles illustrations en date reste le clip de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, clip qui jouait à fond la carte anxiogène de l’autre et la volonté de repli sur soi. Alors quand l’Europe est confrontée à une « crise des migrants » (d’après l’appellation généralement établie), il n’est pas étonnant de retrouver sur le devant de la scène notre droite nationale qui voit l’occasion idéale de ressortir ses propositions de fermeture au monde et de mettre de nouveau en avant leurs propositions visant à mettre à mal certaines règles de vie européennes. Le problème est que ces propositions ne sont pas que clivantes entre la gauche et la droite mais également à droite.

C’est pourquoi Nicolas Sarkozy demande aux militants LR de répondre à un questionnaire en 12 points cherchant à avaliser la vision radicale de l’Europe selon Sarko au détriment de propositions plus modérées pouvant provenir de ses principaux adversaires à la primaire à droite l’année prochaine.

Comme il faut être adhérent à LR pour répondre à ce questionnaire sur le site du parti, je vais répondre ici à ce questionnaire.


1-      Êtes-vous d’accord pour la suspension immédiate de Schengen, ce qui signifie le rétablissement temporaire des contrôles aux frontières nationales pour les étrangers non européens?
NON.
Premièrement, ça ne signifie pas que le rétablissement temporaire des contrôles aux frontières pour les étrangers non européens mais un rétablissement d’un contrôle aux frontières pour toute personne désirant franchir la frontière. Demandons à tous les travailleurs frontaliers s’ils ont envie de perdre du temps matin et soir pour présenter leur carte d’identité.
Ensuite, rétablir les frontières nationales ne va en rien empêcher des migrants d’arriver en France. Quand ils sont aux portes de la France, ils ont réussi à sortir de leur pays, à traverser terres et mers, du coup si on leur dit que la frontière est fermée, ils vont surement faire quelques kilomètres supplémentaires et traverser champs, cols de montagnes ou fleuves pour arriver à leurs fins.


2-      Approuvez-vous la suppression de Schengen I et la refondation d’un Schengen II, ne faisant adhérer que les pays européens adoptant une politique migratoire commune ?
NON.
Comment répondre oui à une question sans savoir ce qu’il se cache derrière Schengen II ? Le processus de législation européen est connu et long. Supprimer Schengen I en attendant un éventuel Schengen II, cela revient à fermer nos frontières pendant plusieurs années.
On aurait pu se poser la question lors des élargissements successifs de l’Union Européenne de l’intérêt d’avoir des pays qui n’acceptent pas toutes les règles de l’UE. Pourquoi avoir dans l’UE des pays qui refusent la zone Euro ou Schengen ? De la même façon, pourquoi interdire aux nouveaux pays intégrant l’UE d’intégrer Schengen immédiatement ?
Je suis en revanche pour que l’Union Européenne ait une politique migratoire commune, comme elle devrait avoir une politique fiscale commune, une politique de défense commune et bien d’autres actions communes.


3-      Estimez-vous nécessaire de créer des centres de rétention, à l’extérieur de l’Europe, pour empêcher les drames en Méditerranée et n’examiner que les demandes d’accueil provisoire des réfugiés de guerre ?
NON et NON.
Sur les centres de rétention, ce que propose Sarkozy est simplement l’inverse d’un centre de rétention. Un centre de rétention est utilisé « pour retenir les étrangers auxquels l'administration ne reconnaît pas le droit de séjourner sur le territoire français et a décidé de procéder à leur éloignement forcé ». D’après cette définition, le but de ces centres serait l’éloignement forcé du centre, donc le rapprochement forcé de l’Europe ?
Pourquoi l’UE aurait le droit de construire des centres en dehors de ces frontières ? Sarkozy veut-il faire comme les USA et avoir des centres illégaux à l’étranger ?
En revanche, il existe des centres de réfugiés (en Turquie ou au Liban pour les Syriens par exemple) et il pourrait être intéressant que les réfugiés coincés dans ces centres puissent faire des demandes d’asile ou des demandes d’entrée sur le territoire et ainsi faire ensuite un voyage sereinement et en règle jusqu’à leur pays d’accueil.

Le deuxième point ressemble à une grosse ficelle sarkozyste pour faire passer en douce sa volonté de n’accueillir que des réfugiés de pays en guerre (suivant quelle définition de l’état de guerre ?) et ainsi de s’autoriser à refuser l’entrée sur le territoire français à toutes les autres nationalités. Par exemple, tu es un opposant politique iranien ? Interdit d’essayer de fuir les geôles promises. Tu es homosexuel en Arabie Saoudite ? Interdit de venir en France pour échapper à la peine de mort.


4-      Pensez-vous que, dans le cadre de Schengen II, les États européens, devront mieux lutter contre la fraude à l’asile, en définissant une liste commune des pays d’origine sûrs ?
Non.
Qu’est-ce que la fraude à l’asile ? Pour avoir le droit d’asile dans un pays, il faut remplir des dossiers, il faut que ces dossiers soient validés par les autorités compétentes du pays demandé. Une personne arrivant en France peut faire une demande d’asile. Sous Sarkozy et avant, elle pouvait attendre 2 ans avant d’avoir une réponse, bientôt avec la réforme en cours, elle ne devra attendre que 9 mois. Si cette soit-disante fraude à l’asile concerne ceux en attente de réponse, qui l’aurait favorisé ou entretenu et qui a agit pour la diminuer en diminuant le délai de réponse ?


5-      Faut-il diminuer l’attractivité sociale de l’Europe, en harmonisant les prestations sociales versées aux étrangers dans les pays membres de Schengen II ?
NON.
Diminuons l’attractivité sociale en harmonisant par le bas les prestations, avec un peu de chance, on va trouver un pays qui donne 50€ par mois par personne. Le discours sarkozyste ne changera jamais. Alors que l’Union Européenne a toujours servi à pousser les pays vers des jours meilleurs, Sarkozy veut toujours profiter de l’UE pour niveler vers le bas. Un tel peut travailler 60 heures par semaine, un autre n’a pas de SMIC, lui emprisonne à tout va et là-bas elles n’ont pas le droit d’avorter, copions les.
Non harmonisons-nous, ayons une véritable politique européenne commune avec un socle d’aide minimum (accès aux soins, accès à un logement, aides financières) adapté à chaque pays et ensuite laissons chaque pays en faire plus s’il le souhaite. Ce pays pourrait ainsi être moteur pour améliorer les conditions dans le reste de l’Europe sur la base d’une expérience réussie. Ne voyons pas petit, voyons grand pour notre pays.



6-      Êtes-vous favorable à ce que le Parlement vote, chaque année, des plafonds limitatifs permettant de maîtriser l’immigration vers la France et de diminuer le regroupement familial ?
NON.
On parlait d’asile, et nous voila confronter au regroupement familial. Nicolas Sarkozy a déjà joué avec des quotas. Au final, il a réussi à faire en sorte que des jeunes diplômés d’établissements d’enseignement supérieur tel que de jeunes ingénieurs n’aient pas le droit de commencer à travailler en France. Il a aussi déjà essayé de mettre en place des listes de pays et des listes d’emplois autorisés aux étrangers. Autant d’actions scandaleuses qui ont fait honte à un pays comme la France et qui ont conduit tant de personnes à refuser un second mandat à Nicolas Sarkozy. Ne l’oublions pas.


7-      Faut-il supprimer, pour les étrangers en situation illégale, l’aide médicale d’Etat et la remplacer par le traitement de la seule urgence médicale ?
NON.
Pas étonnant de retrouver ici la marotte d’une grande partie de la droite française qui n’a toujours pas digéré la création de cette aide mais qui n’y a jamais touché quand elle était au pouvoir. L’aide médicale aux étrangers, même en situation irrégulière, est une notion de salubrité publique. Les microbes, les virus ne demandent pas de papiers avant de s’attaquer à quelqu’un. Comme tout problème, s’il n’est pas traité à temps, alors il coute plus cher à résoudre ensuite (si on attend le seuil de l’urgence médicale) et surtout il devient un risque pour le reste de la société. Par exemple, en France, la tuberculose reste un problème grave de santé qui touche principalement les régions les plus défavorisées du territoire.


8-      Êtes-vous d’accord pour que les allocations familiales et les aides au logement ne soient plus ouvertes aux étrangers dès leur arrivée, mais seulement après au moins cinq ans de séjour légal ?
NON.
Pourquoi attendre 5 ans avant d’avoir une APL qui aidera à payer son loyer ? Les aides sociales en France sont déjà soumises à la régularité du séjour. Cela signifie qu’un étranger doit d’abord justifier d’être réellement résidant en France, d’avoir les papiers le prouvant, avant de pouvoir bénéficier d’une quelconque aide. Au passage, évoquer ce sujet juste après une question sur les étrangers en situation irrégulière doit être utile pour insérer une confusion dans l’esprit des gens. A titre de rappel, une personne en situation irrégulière en France ne touchera pas d’allocations familiales ni d’aides au logement. Elle ne pourra que bénéficier du remboursement de la sécurité sociale pour ses soins médicaux, dans la même mesure que les trop nombreux Français bénéficiant de la CMU.


9-      Faut-il faciliter les expulsions des clandestins dans leurs pays d’origine, en ne versant plus d’aide publique au développement aux pays qui refusent de coopérer ?
NON.
J’avoue que c’est un non de principe puisque je n’ai pas compris la logique derrière la question. En quoi, ne plus aider financièrement au développement d’un pays va-t-il faciliter les expulsions de clandestins vers leur pays ? A la limite, ça peut encourager ces pays à surveiller mieux leurs frontières…
Cette question est d’autant plus étrange qu’une grande partie des migrants dans l’épisode actuel viennent de Syrie, d’Afghanistan ou d’Irak (3 des 5 pays les plus représentés), 3 pays qui ont surement autre chose à faire que de coopérer et qui ne doivent pas toucher tant d’aides au développement que ça…


10-   Faut-il renforcer les critères de naturalisation, pour mieux respecter le principe d’assimilation à la communauté nationale ?
NON.
Qu’est ce que la communauté nationale ? Pour être naturalisé, il faut parler français, ça je suis d’accord. Je suis pour le fait qu’il faille avoir vécu un certains temps sur le territoire, ça me parait la meilleure garantie pour l’assimilation.
J’ai plus de doute sur les tests actuels qu’il faut réussir alors qu’une bonne partie des Français né sur le territoire n’ont surement pas la réponse. J’espère que ces critères ne prennent pas en compte la religion ou la façon de faire la cuisine, à part ça je ne vois pas quels critères il faudrait respecter. Que Nicolas Sarkozy soit plus précis dans ses questions, sinon, comment veut-il qu’on réponde ?


11-   Faut-il adapter le droit du sol, en prévoyant que les étrangers nés en France pourront devenir Français à 18 ans, sauf si l’Etat s’y oppose en cas de condamnation pour des actes de terrorisme ou de délinquance ou lorsque les parents étaient en situation irrégulière ?
NON.
On peut déjà perdre sa nationalité suite à des actes de terrorisme. C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé cette année pour une personne il me semble. Du coup, on ne peut qu’être d’accord avec Nicolas Sarkozy, ça ne sert à rien de donner une nationalité si c’est pour la reprendre aussitôt.
Pour les parents en situation irrégulière, je ne sais pas si Sarkozy se souvient de l’état de ses femmes quand elles étaient enceintes, ça m’étonneraient qu’elles étaient partante pour un petit voyage pour accoucher dans un pays étranger. Son maître à penser Charles Pasqua, pourfendeur également du droit du sol, aurait été fier de lui, mais ce sera bien sur sans moi.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire