dimanche 23 janvier 2011

Israel - Entrée interdite

Aujourd'hui je laisse la parole à ma petite soeur qui vit à Ramallah et qui espérait recevoir la visite d'un ami.

Vendredi 21 janvier 17h, un ami anglais arrivait à l’aéroport Ben Gurion de Tel Aviv pour me rendre visite en Palestine pour quinze jours.
Je m’attendais donc à ce qu’il m’appelle une fois le contrôle des passeports finis, soit vers 17h30 ou 18h… 18h pas de nouvelle, 19h pas de nouvelle, 20h pas de nouvelle, je commence à me dire qu’il doit y avoir un problème… 21h pas de nouvelle… 21h30 pas de nouvelle… 21h40 mon téléphone sonne… C’est J., qui me dit « On me refuse l’entrée, je repars en Angleterre ».  Motif officiel : non-dit. Motif supposé : voyager en Palestine.

Il a été questionné pendant 4h. On lui demandait ce qu’il venait faire en Israël : « tourisme ». Il ne l’ont pas cru (alors qu’il venait bien pour 15 jours de tourisme, certes du côté palestinien) car il était déjà venu plusieurs fois (pour faire des recherches pour ses études). Ils ont répété qu’ils ne le croyaient pas et qu’ils ne le laisseraient pas tranquille tant qu’il ne dirait pas la vérité. Ils l’ont pris en photo, pris ses empreintes digitales, il a compris que ce n’était pas bon signe. Ils ont continué à lui hurler dessus, puis il a dit « ok, je vais à Ramallah ».  On lui prend ses sacs, les vide, les fouille, ouvre tout ce qu’il a, on lui refait ses valises pour le départ dans le prochain vol…samedi 22 janvier à 18h40. En attendant ?

Direction un centre de détention de Tel Aviv où il restera jusqu’à une demie heure avant son vol. Dans la cellule, interdit d’avoir quoique ce soit : pas même un livre, un carnet ou un stylo…
Il partage sa cellule avec un Namibien qui est resté en Israël illégalement et qui avait décidé de partir pour commencer l’université en Namibie. Ce Namibien à l’aéroport a passé le contrôle des douanes, puis une personne est arrivée derrière lui et l’a arrêté. Depuis il est dans cette cellule et ne sait pas ce qui va lui arriver. On lui a dit qu’il serait transféré dans un autre centre de détention. En principe, on peut appeler son ambassade pour qu’ils se chargent de prévenir la famille et aider la personne en question. Le problème est qu’il n’y a pas d’ambassade de Namibie en Israël. Il n’a donc « pas le droit » d’appeler qui que ce soit. Il demande alors à J. d’appeler sa famille quand il sera sorti car ça fait 4 jours déjà qu’il aurait dû arriver et personne ne sait pourquoi il n’est pas là. Mais pas de stylo, un morceau de papier qui traine et un fil électrique d’une lampe cassée, il note le numéro de téléphone. Le Namibien dit que la nuit précédente c’était un autre Anglais qui avait passé la nuit là en attendant son vol de retour.
  entryDenied
18h00, J. est conduit à son avion et accompagné jusqu’à l’avion. Il récupère son passeport avec ce tampon « entry denied » (entrée refusée). Ce tampon veut dire qu’il ne reviendra probablement jamais par ici alors qu’il avait trouvé un emploi pour l’été en Palestine et avait des projets de recherches ici. Pourquoi ? Parce que se rendre dans les « Territoires Palestiniens » représente un danger pour la sécurité d’Israël. Foutaises ! Quel pays !

Donc pour tous ceux qui me disent régulièrement que ce genre d’histoire n’arrive pas si souvent et que ceux à qui cela arrivent doivent être liés à de l’activisme, voici une preuve que cela peut arriver à n’importe qui ! Mais si nos pays refusaient quotidiennement l’entrée à des citoyens israéliens sans donner de raisons, je suis sure qu’Israël n’accepterait pas ce traitement qui serait d’ailleurs surement qualifié « d’antisémitisme »… Mais comme d’habitude, tout ce qui vient d’Israël est légal… même de laisser un homme en prison sans lui donner la possibilité de passer un coup de téléphone pour prévenir sa famille qu’il va bien ! Mais oui, c’est vrai que dans beaucoup de pays il semble aussi normal qu’un Africain n’ait pas les mêmes droits !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire