lundi 12 décembre 2011

Villepin, 7ème candidature pour une droite unie

Villepin-Sarkozy 
Dominique de Villepin sera donc candidat en 2012. D'après les comptes de Melclalex, il est le 15ème candidat déclaré (d'après Nicolas, c'est le 18ème). Il est le 7ème à droite après Sarkozy, Dupont Aignan, Boutin, Nihous, Bayrou et Morin (sans compter Lepage candidate écolo tendance centriste).

Cette multitude de candidats est à mes yeux une nouvelle preuve de l'échec de la politique de Sarkozy depuis 2007. Une fois élu, le président a voulu jouer les cartes du rassemblement de la droite, de l'ouverture à gauche et de la diversité. 5 ans plus tard, Sarkozy a fait le ménage chez les centristes pour pouvoir mener sa politique de droite dure. Aujourd'hui, les centristes qui n'ont pas digéré leurs exclusions du gouvernement et déçus de cette radicalisation présentent 2 candidats. Les gaullistes ou apparentés déçus également du mépris sarkozystes pour leurs valeurs présentent eux aussi 2 candidats. Même la frange chrétienne démocrate veut se faire entendre malgré tous les vibrants hommages du présidient à la religion catholique. Question ouverture, il ne reste plus qu'un Eric Besson sur la sellette (et encore question ouverture...). Et pour la diversité, Libération le faisait remarquait dans son édition de lundi, cette dernière n'a pas tenu et les candidatures aux législatives risquent d'être bien claires. D'ailleurs une de ses figures de proue, Rama Yade, a clairement pris ses distances et soutenait un Jean-Louis Borloo dans son époque dissident.

A regarder de plus près, Sarkozy a peut être un point en commun avec Lionel Jospin. Jospin a déjà vécu ça en 2002. Tous les partenaires associés à la Gauche Plurielle, déçus, soit du bilan, soit des propositions du futur projet, ont choisi de partir diviser au 1er tour pour influencer la politique du favori au 2nd tour. Mais pour cela, il fallait qu'il y ait un second tour… La principale différence cette année est dans la provenance des candidatures dissidentes. Contre Jospin étaient candidats des partis amis et non internes au PS, cette fois-ci Christine Boutin et Frédéric Nihous (peut être même Nicolas Dupont Aignan) sont membres de l'UMP.

Le quinquennat de Sarkozy est un échec. La plupart de ces mesures phares de 2007 ont été abandonnées, l'unité de son parti s'est envolé et de nombreux dissidents sont déjà sur la ligne de départ pour le remplacer en 2012. La meilleure chose que pourrait faire Nicolas Sarkozy ? Annoncer rapidement qu'il ne briguera pas un second mandat. Pour le bien de la droite française mais aussi pour
le bien de la démocratie française en évitant la présence du FN au second tour, je pense que Nicolas Sarkozy doit admettre ses erreurs et avoir le courage de s'arrêter là.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire