mardi 1 mai 2012

Sarkozy est dangereux

Nouvel Observateur du 9 septembre 2010
Ce lundi 30 avril, le Soir (quotidien belge) titrait son éditorial "Cet homme est dangereux". On sort du cadre de la blogosphère de gauche ou du militantisme d'un parti écolo ou de gauche. Ces mots viennent de journalistes étrangers et indépendants.

L'éditorial commence par ce constat suite aux discours du week-end :
"Nicolas Sarkozy ne court plus derrière le Front national. Ce dimanche, il l’a rattrapé. Le président candidat n’avait plus hier pour ses militants qu’un projet et une obsession : pas la croissance, pas la dette mais la Nation, l’identité, la frontière."

Après plusieurs citations de son discours de Toulouse, l'éditorialiste compare les deux adversaires :
"Certains estiment François Hollande dangereux pour l’économie européenne et les marchés financiers. Mais c’est un amateur face à ce président candidat qui ose tout pour gagner."

La conclusion est juste, elle cerne bien le personnage. C'est d'ailleurs ce qui fait probablement le plus peur :
"Mais le pire dans cette histoire est que l’homme n’en pense pas un mot, de ce discours. Sarkozy depuis toujours, ne se sert des thèmes que parce qu’ils peuvent le servir, lui. Cet homme au service de son ambition, sorte de girouette sans tête, est en train de détruire l’esprit citoyen, de nourrir le racisme, d’exalter les instincts de haine. Dans sa tentative désespérée de quand même emporter cette couronne, il brûle tout sur son passage. Et ne s’en rend même pas compte."

Pour confirmer cet éditorial, il suffit de regarder le clip de campagne du candidat Sarkozy pour le 2ème tour. Si le clip commence simplement avec des paroles de Français ne tarissant pas d'éloges pour Nicolas Sarkozy, la suite est anxiogène. Le seul programme annoncé du candidat est la lutte aux frontières et la réduction de l'immigration légale. Les images sont saisissantes: un panneau douane écrit en arabe (et en espagnol ?), une fouille massive de personnes semblant débarquer d'Afrique du Nord, l'annonce de la suspension de l'accord de Schengen (et donc la fin de la libre circulation des personnes et le retour des frontières françaises avec la Belgique, le Luxembourg par exemple) et toujours plus d'images de gendarmes, de policiers, de CRS. Et cette conclusion pleine d'ironie "Peuple de France, n'ayez pas peur".



Nicolas Sarkozy : le clip de campagne du second... par LeNouvelObservateur


Aucun programme, aucune proposition pour l'emploi, pour la santé, pour l'éducation. Aucune vision d'avenir pour la France ne ressort de cette vidéo si ce n'est une France repliée sur elle même, ayant peur de ses voisins, n'ayant aucune confiance dans ses partenaires européens ou dans ses partenaires de l'Union de la Méditerranée si chère au président sortant.

En guise de comparaison, voici le clip de François Hollande. Que l'on soit d'accord ou pas avec son programme économique, avec le chiffrage de son programme pourtant avalisé par le sérieux et peu porté à gauche Institut Montaigne, le message est radicalement différent. On y entend un véritable projet pour le vivre ensemble, pour aider les générations à venir et pour faire sortir la France et ses entreprises de la crise actuelle. On y parle d'unité, de République exemplaire, de lutte contre la corruption, d'environnement, d'énergies nouvelles, bref on y parle d'avenir, d'ouverture et d'espoir.



François Hollande : le clip de campagne du... par LeNouvelObservateur


Le changement, c'est maintenant. Le 7 mai il sera trop tard. Pour reprendre un dernier passage de Béatrice Delvaux dans son édito du Soir:
"Jouer le nationalisme à l’extrême est un danger total, car on sait comment réveiller l’instinct identitaire mais rarement comment le maîtriser, le faire rentrer dans sa boîte et l’empêcher de virer à l’obsession raciste."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'ai quelques a priori tenaces, notamment envers les commentateurs anonymes. Si tu ne veux pas risquer la censure, alors évite l'anonymat et exprime toi avec ton nom ou un pseudonyme (option "Nom/URL).