lundi 26 août 2013

Estrosi, l'inventaire de Sarkozy fait homme

Si certains cadres de l’UMP s’essayent à se lancer dans l’inventaire et donc l’analyse de l’ère Sarkozy, nombreux se montrent plus qu’hostiles au processus. Sans grande surprise, on retrouve parmi les plus réticents les figures du Sarkozysme, ces grandes gueules qui semblent tout oser sauf la réflexion politique. Ce n’est pas si étonnant puisqu’ils reproduisent chacun les grandes lignes de leur maitre. Parmi eux, Christian Estrosi s’est encore distingué. Le maire de Nice est un spécimen d’étude hors paire tant il semble impossible de sortir du moule Sarko. On retrouve chez lui tous les marqueurs du sarkozysme.

La stigmatisation pour draguer le FN
En juillet, le maire de Nice propose un manuel aux maires pour lutter contre les gens du voyage qui « squattent illégalement » leur commune. Dans son manuel, Estrosi donne 20 actions qu’il a testé lui-même pour lutter contre ces « délinquants ». Le même jour, il déclara que l’islam était une religion incompatible avec la démocratie, mais bien sur, tous ces propos n’ont pas pour but de chasser sur le terrain du FN…
Sur les gens du voyage, pour Estrosi les problèmes ne peuvent venir que de ces gens qui n’ont pas le même mode de vie que lui, tout comme le disait Sarkozy à Grenoble un jour de juillet 2011. Comme Sarkozy, le brave Estrosi n’hésite pas à donner des chiffres qui montrent hélas l’inefficacité de sa méthode. Dans son manuel, il explique clairement que tous les ans il force l’évacuation de plus de 40 campements. C'est-à-dire que sa méthode n’empêche en rien la venue de ces personnes qu’il juge indésirable chez lui.

Gouverner selon les sondages
Les rentrées politiques se suivent et se ressemblent chez Christian Estrosi. La principale cible est donc toujours Christiane Taubira qui veut « vider les prisons et supprimer le code pénal » puisqu’elle veut toucher au dogme du « tout détention ». Par exemple, quand il veut critiquer la future suppression des peines planchers, il s’appuie sur ces « 71% des Français qui sont pour qu’on les maintienne ».
Comme pour Sarkozy, le sondage TNS-Sofres fait office de boussole. Inutile d’avoir une vision à long terme, ni même une idée sur un sujet, l’important est d’aller dans le sens des sondages.

La récidive
Toujours sur les questions de justice, le seul et unique problème est la récidive. Si je comprends bien ce que veut Estrosi, c’est empêcher toute personne condamnée de sortir afin de garantir qu’elle ne récidive jamais. Ce week-end, il prenait en exemple le cas d’un cambrioleur accusé du meurtre d’un retraité. Cette personne serait « 10 fois récidivistes ».
Comme Sarkozy, Christian Estrosi voit et emploie à tout bout de champs des récidivistes. Dans le cas du meurtre de Marignane, j’imagine mal que l’auteur présumé des faits en soit à son dixième assassinat, donc je suppose qu’il parle d’une personne dix fois condamné pour vol. Manque de chance, il semblerait d’après Libération que la personne interpellée ait eu déjà le droit à 3 condamnations par un tribunal pour enfants. Mais laissons excusons l’exagération, puisque quel que soit le nombre de condamnations, si faute il y a pour une politique tenue, ce n’est pas celle que Christiane Taubira veut mettre en place mais plutôt celle qui a accompagné la jeunesse de ce délinquant. L’interpellé a 18 ans, la droite fut au pouvoir durant 10 ans, comment est-il possible qu’avec la trentaine de loi sécuritaire ce jeune homme ait pu devenir un délinquant multi-récidiviste ?

Le mélange des genres
Entre son rôle de maire de Nice, de député, de président de la métropole niçoise, de vice-président de l’UMP et de président de l’Association des Amis de Nicolas Sarkozy, il est difficile de savoir avec quelle casquette le perosnnage agit. Ce mélange des genres nous rappelle, entre autre, le Sarkozy époque ministre du budget et porte-parole du candidat Balladur.
Ce mélange des genres n’amène que rarement des bonnes surprises. Pour Estrosi, ceci est synonyme d’une plainte de la part d’un militant d’Anticor pour détournement de fonds publics ou de nombreuses interrogations sur certains de ses déplacements.

De nombreux socialistes ont raillé le droit d’inventaire qu’essaye de mettre en place la droite. Je ne suis pas d’accord avec eux. Cette action ne peut que leur être bénéfique. Si le travail est bien fait, l’UMP devrait comprendre qu’il faut arrêter de jouer à Sarkozy et donc déciderait peut être de ne plus donner d’importance à ces clones de Sarkozy.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire