mardi 27 mars 2012

Toulouse: trop de questions pour en faire un axe de campagne

Extrait du Laboratoire Civil de Sécurité
Pour la dernière fois je l'espère sur ce blog je reviens sur les assassinats de Toulouse et de Montauban. Alors que les chiffres du chômage sont en hausse pour le 10ème mois consécutif, le candidat Sarkozy minimise l'importance de cette annonce (pour sa gouverne, une baisse tendancielle de l'augmentation reste une augmentation) et se concentre sur le problème non pas moins important mais sûrement moins urgent qui est la sécurité. Surtout qu'encore une fois, Nicolas Sarkozy ne se concentre pas sur le coeur du problème.
Un acte terroriste réalisé par un musulman, la solution proposée par le candidat UMP arrive naturellement et immédiatement. Il souhaite punir pénalement la consultation de sites Internet faisant l'apologie du terrorisme ou le fait de se rendre à l'étranger pour y suivre des cours "d'endoctrinement à des idéologues conduisant au terrorisme". Cela signifie-t-il qu'il va mettre en place un flicage généralisé des sites visités par tous les Français ? Va-t-il surveiller les faits et gestes des Français à l'étranger ? Pourquoi ne pas faire interdire ces sites terroristes comme l'on fait fermer les sites néo-nazis ou piratant des films (je m'excuse du rapprochement des deux sujets).

Par quels moyens va-t-il faire réaliser ces nouvelles missions ? N'est-ce pas ce président qui a supprimé 12 469 postes de policiers et gendarmes en 5 ans ? N'est-ce pas ce président qui, après avoir fusionné la DST et les RG pour former la DCRI, a vu sa création se mettre en grève le 16 mars dernier pour protester contre "la gestion des ressources humaines" ? Les officiers en grève réclamaient une meilleure "valorisation du travail" et de "réelles perspectives de carrière". Pire, n'est ce pas à Toulouse que Nicolas Sarkozy a fustigé les policiers pour leurs méthodes de prévention ? Pour leur proximité avec les jeunes du quartier ? Le journaliste Paul Moreira a réalisé un documentaire sur la cité du Mirail à Toulouse justement et dit n'y avoir vu que la BAC pour représentants de l'état. Le quartier a même fini par créer sa propre entreprise de sécurité privée pour faire respecter l'ordre dans la cité.

Pourquoi sortir une nouvelle loi sécuritaire ? Les 42 précédentes votées entre 2002 et 2011 ne sont pas assez utiles ? assez efficaces ? peut être pas assez réfléchies ? Cibler l'étranger comme source de terrorisme est-ce vraiment utile ? Nos lois actuelles ne sont réellement pas à la hauteur ? Depuis 1995 et les attentats attribués au GIA (Groupe Islamique Armé) algérien, aucun attentat n'a été commis par un étranger sur le sol français. En revanche en 2009, 50 attentats ont été commis en France, 41 attribués à des Corses, 6 à des Basques et 3 à des Occitans. En 2010, 53 attentats ont été réalisés en France, 48 ont été attribués aux Corses, 4 aux Basques et 1 aux Occitans. Ces terroristes vont-ils être plus inquiétés par ces nouvelles mesures ?

Pourquoi se féliciter que tout se soit bien passé et refuser l'ouverture d'une enquête parlementaire pour s'assurer qu'aucune faille n'a eu lieue dans le processus de l'enquête (comme l'a évoqué Alain Juppé) ? Cette enquête parlementaire pourrait aussi s'assurer que le comportement du RAID durant les 30 heures de siège a bien été le plus approprié ?

La semaine dernière a vu la fin d'un épisode tragique et difficile. Suite à cette épisode, il est nécessaire de se poser des questions et surtout de prendre le temps de réfléchir et de comprendre tout ce qui s'est passé. Ce n'est qu'ensuite que l'on pourra réellement agir. Je ne crois pas que la sécurité des Français soit plus ou moins assurée aujourd'hui plutôt qu'hier. En revanche, il est fort probable que cette sécurité ira en diminuant si l'on suit cette pente de l'appauvrissement du système scolaire, de la diminution de la présence des services de l'état sur tout le territoire français, de l'affaiblissement de la croyance en la Justice ou de la détérioration des relations entre toutes les personnes vivant sur le territoire français.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

J'ai quelques a priori tenaces, notamment envers les commentateurs anonymes. Si tu ne veux pas risquer la censure, alors évite l'anonymat et exprime toi avec ton nom ou un pseudonyme (option "Nom/URL).