mardi 4 juin 2013

Mon édito pour Mediavox : "Primaires ouvertes, paris perdus"

image extraite du blog
parisperdu
Il y a quelques jours, l’UMP organisait ses premières primaires ouvertes pour désigner leur candidat ou candidate aux prochaines municipales de 2014. Des élections étaient organisées dans les deux plus grandes villes françaises, Paris et Lyon. Pour ces deux villes l’enjeu est le même pour l’UMP, regagner les clefs des deux mairies historiquement à droite mais passées sous le contrôle de la gauche depuis 2001.

Si l’enjeu est le même, la méthode employée diffère largement et au final les résultats aussi, seules les conclusions sont identiques. A Paris, l’UMP s’est encore une fois donnée en spectacle. Des candidats se sont traités de menteur en débat télévisé, d’autres ont formulé ouvertement des soupçons de fraudes une semaine avant l’ouverture du vote enfin certains ont demandé la suspension du vote moins de 12 heures après son ouverture. Comment en sont-ils arrivés là ? En voulant jouer les apprentis sorciers de la démocratie, l’UMP a tenu à organiser un vote exclusivement électronique, au mépris des conseils d’experts sur le sujet tels que la CNIL. A Lyon, l’UMP locale a été plus discrète, moins novatrice, mais un peu plus efficace. Avec des bureaux de vote traditionnels, des urnes et des bulletins classiques et une unique journée de vote, aucun accroc ne semble avoir émaillé le scrutin.

Malgré ces différences d’organisation, plusieurs conclusions ressortent de ces scrutins. La première est purement technique...
 

Vous pouvez lire la suite de ce billet sur Mediavox.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire