mercredi 6 août 2014

Le FN n'aime pas les pauvres, mais ses électeurs

Le FN a gagné sa dizaine de mairies lors des dernières élections municipales. Impossible de dire si cette expérience sera suffisante pour leur donner une légitimité nationale, en revanche il est clair que ces premières prises ont pour objectifs de se donner une légitimité locale. C'est pourquoi il est intéressant de voir les premières mesures prises par ces nouveaux exécutifs locaux.

La municipalité FN de Fréjus a diminué les aides pour leurs centres sociaux, diminution allant jusqu'à une baisse de 67% du budget initial. Au Pontet, c'est la gratuité de la cantine pour les plus pauvres qui est abandonnée, de même à Villers-Cotterêts. A Béziers, la garderie municipale est désormais réservée aux familles dont les deux parents travaillent, l'épicerie sociale demande désormais un minimum d'ancienneté sur le territoire pour y avoir accès.

Toutes ces mesures vont dans le sens contraire à une égalité des chances. En diminuant les participations municipales aux centres sociaux, les mairies diminuent le nombre de salariés impliqués dans les projets du quartier, ce qui diminue le nombre de projets pour ces jeunes.
En rendant payante pour tous la cantine, les mairies empêchent les enfants les moins favorisés d'avoir un accès à des plats équilibrés et aussi à une ouverture au goût (peu importe la qualité des cuisines). En effet les cantines scolaires font en sorte de proposer des repas équilibrés, font tout pour varier les produits et les goûts et sont aidées lors des différentes semaines du goût et autres pour faire découvrir de nouvelles saveurs aux élèves, toutes sortes d'ouvertures sur le monde qui sont désormais refusées aux enfants de parents pauvres dans les villes frontistes.
En réservant les garderies aux couples travailleurs, les mairies FN vont à contre-courant des études contemporaines sur les chances d'évolution des enfants. De nombreuses études montrent l'importance d'être scolarisé le plus tôt possible et être le plus au contact d'autres enfants pour avoir de meilleurs perspectives dans la vie d'adulte.
En réservant l'aide alimentaire uniquement pour les résidents  de plus d'un an, ces mairies racistes font sous entendre que certains étrangers feraient leurs courses en France, dans leurs municipalités, sans aucune envie de s'intégrer. 

En diminuant les projets pour les jeunes les moins favorisés, les mairies FN les rendent toujours plus livrés à eux-mêmes, leurs enlève toute distraction, voire toute découverte d'une nouvelle activité qu'ils pensaient inaccessibles. En provoquant leur abandon des préoccupations municipales, les mairies FN augmentent les probables rancœurs contre la représentation publique et politique et donc augmentent les risques de délinquances par pur provocation de cet ordre républicain.
En supprimant la gratuité des cantines, la municipalité du Pontet demande près de 6% du RSA à une famille au RSA avec 2 enfants pour les nourrir le midi pendant la pause déjeuner.
Suppression de la cantine, suppression de la priorité en garderie, toutes ces mesures empêchent la sociabilisation au plus tôt des enfants. Dans ces deux cas, les mairies FN veulent stigmatiser les enfants issus de familles les plus démunies en les empêchant  de se fondre dans la masse des enfants de leur âge et donc d'acquérir au plus tôt les pré-requis d'une vie sociale.

Dans ces nouvelles municipalités d'extrême-droite, le FN joue un jeu dangereux qui est d'opposer les familles qui travaillent aux familles de chômeurs. Pour le FN local, à l'image des ambitions du FN national, il faut en finir avec l'assistanat des chomeurs. Ces municipalités ne proposeront rien aux familles pour qu'elles retrouvent un emploi, en revanche ces municipalités feront tout pour que ces familles ne se sentent pas à leur place dans leur commune. Le proverbe sarkozyste "La France, tu l'aimes ou tu la quittes" s'appliquent enfin, aux yeux des électeurs Bleu Marine à leur municipalité. Le FN vient de passer un cap en ne stigmatisant plus uniquement l'étranger soupçonné de voler l'emploi d'un Français mais en stigmatisant toute personne n'ayant plus d'emploi, quelle que soit son origine ou celle de ses grands-parents.

Le plus inquiétant dans cette politique, c'est qu'elle répond à un discours développé (et critiqué ici) par la ligne Buisson à l'UMP. En agissant ainsi, les nouveaux maires FN expliquent à leurs électeurs qu'une partie de leurs voisins ne sont plus les bienvenus sur le territoire de la commune (ou du moins dans les installations publiques de la commune) uniquement car ils sont pauvres et surement qu'ils ne font pas d'effort pour s'intégrer dans la société françaises (discours accablant aussi les chômeurs français). Ces municipalités FN mettent en place une véritable lutte contre le "cancer de l'assistanat" comme le demandait Laurent Wauquiez.

Le pire est que ce combat satisfait surement la majeure partie des électeurs qui touchent un minimum de salaires et qui sont heureux de pouvoir s'en prendre à leur voisin chômeur alors que ce dernier n'y est pour rien dans les finances municipales. Reprenons l'exemple du Pontet et de sa cantine devenue intégralement payante. D'après les élus d'oppositions, cela représente une économie de 29 000 euros par an sur un budget de 50 millions. Dans le même temps le maire FN du Pontet s'augmente de 44%, ce qui représente une hausse de 12 000 euros par an, avec la hausse de 9% des indemnités des adjoints au maire, on se retrouve à un profit quasi nul pour la municipalité mais non négligeable pour les élus, le tout réalisé sur les familles les plus pauvres de la ville. Plus belle la ville, disaient-ils, surtout pour eux...

Pour avoir une légitimité locale, le FN joue sur les mêmes cordes électoralistes qu'un Dassault, un Balkany ou un Dupont-Aignan, caresser dans le sens du poil la majorité de l'ensemble électorale et tant pis pour les exclus. Ce qui m'inquiète, c'est que ces villes deviennent comme celle de Yerres où un Nicolas Dupont-Aignan n'agit qu'en fonction de la majorité statistique des électeurs (à première vue à Yerres ce sont les plus âgés), c'est dans ce genre de ville qu'un Bompard se fait réélire. Trois pots de fleurs, une subvention au diner annuel du club du 3ème âge, et rien pour les familles qui peinent à finir le mois ou pour les jeunes qui ne savent pas quoi faire durant leurs vacances, ainsi va la prospérité du FN dans les exécutifs locaux...

5 commentaires:

  1. Très fine analyse de Yerres ;-)

    RépondreSupprimer
  2. et qui a fait monter le FN ? Je ne crois pas que ce soit giscard ou chirac Le petit gars du fond qui me dira sarko a une mémoire de poisson rouge puisque le FN dépassait déja largement les 10% en 1988 et que sarkozy n'était pas ministre en 2002 J'ai voté pour ce parti je l'avoue mais bon Ce n'est pas de la faute des électeurs du FN si la moindre proposition patriotique (la préférence nationale qui existe dans des pays aussi fascistes que les états-unis ou l'australie) ou a droite du centre-droit est diabolisée On a le droit d'etre contre la préférence nationale et peut etre que les gens qui s'y opposent ont raison mais ce n'est pas une raison pour comparer ceux qui sont pour a Hitler ou encore Pétain Les libéraux et les libertariens adorent aussi jouer a ce petit jeu en traitant d'héritiers de staline tous ceux qui défendent la sécu ou l'éducation publique (contrairement a ce que vous croyez ceux ci nous détestent autant qu'il vous déteste, pour eux tout "étatiste" est un ennemi mortel) Il est très facile de retourner une accusation contre son auteur quand celle-ci n'est basée sur aucun fondement sérieux La gauche et l'extrème gauche trainent autant de casseroles que la droite et l'extrème droite, de la terreur au soutient a staline et mao, en passant par la colonisation et la collaboration Pas de ma faute si en 2017 il n'y aura presque plus rien entre juppé et la fille du monstre a un oeil (oublions les ectoplasmes dupont-gnangnan et asselineau, soyons sérieux) La gauche a tout interet a ce que le FN soit fort et demeure un parti sulfureux Un FN faible ou pire que certaines propositions du FN soit dédiabolisées et reprises sans honte par la droite classique et la gauche sera quasi morte puisque cela voudra dire que le plan génial de tonton a fini par échouer après plus de 30 ans d'infaillibilité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire n'a de lien avec ce billet que les lettres FN mais ça me fait toujours rire quand on m'explique que le FN n'existe que grâce à la gauche.

      Supprimer
  3. Au sujet des subventions aux plus démunis, vous les gens de gauche ne dites pas que ceux qui profitent le plus des subventions dans ce pays ne sont pas les plus démunis Ex les journaux et les associations antiracistes ou culturelle, qui croulent sous les millions chaque année (libération et l'humanité ont eu chacun plus d'un million d'euros de subventions l'année dernière) Plus de la moitié des subventions profitent a moins de 8% des associations Donc ceux qui connaissent bien les élus et la législation française profitent le plus du système au détriment des autres Vous avez dit égalité ? Pareil avec les 35 Heures Le pays croule sous les dettes et les français continuent de faire financer leurs chères vacances par l'état (l'état continue de dédommager massivement les entreprises a cause d'aubry) Pas étonnant que voyant le robinet fuir massivement, certains soient prets a tout pour réparer la fuite, quitte a prendre l'argent la ou c'est le plus facile (oui les pauvres et les chomeurs n'ont pas les syndicats ou les relais-réseaux médiatiques et politiques des journalistes ou des fonctionnaires eux) Ce pays finira sous tutelle du FMI et le jour ou cela arrivera on dira encore que tout est de la faute des riches de l'oncle sam du front national ou des juifs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut sourcer un peu plus son argumentaire.
      Techniquement, je pense que ceux qui ont le plus de subventions ce sont les partis politiques, sans preuve je mettrais juste derrière les entreprises privées.

      Supprimer