lundi 8 octobre 2012

Copé ou l'absence d'analyse

Jean-François Copé a raison ! Il est scandaleux que certains collégiens soient empêcher par d'autres de manger leur pain au chocolat durant le ramadan. Comme il est scandaleux qu'un collégien soit maltraité par ses camarades parce qu'il a de bonnes notes ou parce qu'il porte des vêtements qui valent plus cher que ceux de ses camarades.

Là où Jean-François Copé a raison, c'est également là où il a tort. Oui il faut s'offusquer de voir des enfants subir des offenses de la part de certains de leurs camarades, mais il ne faut pas que l'exemple d'un collégien serve à la propagande islamophobe dans une élection politique interne. Cette déclaration de Copé, sortie après le chapitre son livre sur son racisme anti-blanc, pose véritablement la question de la finalité de la campagne de Jean-François Copé.

Le constat est juste : oui certains enfants vivent un enfer à l'intérieur ou aux alentours de leur bâtiment scolaire. Mais contrairement à ce que veut faire sous-entendre monsieur Copé, cet enfer n'est pas du à un radicalisme musulman violent visible dès le plus jeune âge. Que ce soit un collège de Seine-Saint-Denis, un collège de province dans la Vienne, ou un collège du centre de Paris, le problème ne vient pas de la religion (ou de son absence) des collégiens fautifs mais la cause est plus à chercher dans le monde de l'éducation nationale. La politique de RGPP (Révision Générale de Politique Publique) menée pendant 5 ans sous Sarkozy a fait beaucoup de mal dans le monde scolaire où de nombreux collèges se plaignent de l'absence de moyen pour garantir la sécurité des élèves, ou des enseignants. C'est sur ce sujet que Jean-François Copé devrait s'interroger. C'est sur ce sujet que Jean-François Copé devrait faire le bilan de 5 années de Sarkozysme. C'est enfin sur ce sujet que l'on attend que Jean-François Copé s'exprime sur la politique mise en œuvre par François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Vincent Peillon. Pour 2013 , 11 476 postes équivalents temps-plein seront créés pour cibler entre autres « les territoires en difficulté, urbains ou ruraux, et pour le secondaire, les collèges qui eux-mêmes sont en situation de difficulté et les lycées professionnels ».

Il est temps d'agir contre la violence qui pollue notre quotidien et c'est dans le cadre de cette lutte que le gouvernement a prévu dans son budget 2013 une hausse de 288 postes dans la police et 192 dans la gendarmerie, la création de 100 000 contrats d'avenir et 500 emplois dans la justice. Il est peut-être temps que Jean-François Copé fasse le bilan des 5 dernières années plutôt qu'une triste copie des pires idées du précédent président.

9 commentaires:

  1. Mais oui, il va perdre. Et bravo pour cette synthèse que je partage à 300%!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas parce qu'il va perdre qu'il va se taire

      Supprimer
  2. La droite non-raciste semble se réveiller de son long sommeil, espérons que cela augure d'un assainissement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Esperons, mais entre droite populaire et droite forte, l'assainissement risque d'etre long

      Supprimer
  3. D'accord avec ta note.
    L'art.10 de notre DDHC qui figure en tête de notre Constitution (avec le préambule de la Constitution de 1946 et, depuis 2005,la Charte de l'Environnement)énonce : "Nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses". Il énonce tout à la fois la liberté d'expression,la liberté religieuse et la liberté de conscience. De là, la mise en place, lente et conflictuelle mais victorieuse en 1905,de l'outil de mise en oeuvre de ces libertés : la laïcité : l'Etat reconnait toutes les croyances mais n'en soutient aucune.Par contre, il doit garantir = permettre concrètement, l'exercice des libertés énoncées à l'ar.10 DDHC.
    La liberté religieuse comprend la liberté du prosélytisme = faire la pub de sa religion. Mais c'est dans le respect de la liberté de conscience des autres : dire aux autres : tu es un mécréant, un païen, une impudique, un mauvais ceci ou cela, est interdit.
    Soulignons enfin que les enfants ne pratiquent pas le ramadan ... et qu'accuser des enfants musulmans d'arracher leur goûter aux autres, c'est comme dire que les juifs sont radins, c'est du racisme dans toute sa splendeur et rien de plus : ça se suffit dans l'abjection,à soi-même et de la part d'un homme politique dans un discours public, c'est inacceptable.
    Belle journée.

    RépondreSupprimer