vendredi 17 janvier 2014

Johnny Hallyday, Instragram et le FISC

On ne le répétera jamais assez, si les réseaux sociaux sont très populaires et que beaucoup de personnes y trouvent des côtés particulièrement pratiques, ils n'en restent pas moins d'excellents mouchards de votre vie privée.

De nombreux exemples ont déjà été racontés sur des employés qui se sont fait licenciés pour avoir trop "parlé" sur Facebook, en disant du mal de leur entreprise ou en se faisant prendre loin du domicile en train de s'amuser alors que le congé officiel était un arrêt de travail. Ce problème est sérieux et même des sites comme Cadremploi en ont fait des articles.

La dernière nouveauté nous vient du réseau Instagram, ce site où l'on poste des photos agrémentées d'horribles filtres. Sur Instagram, il est possible de géolocaliser ses photos. Pratique, plus la peine de prendre le temps de préciser que le cliché de soleil couchant a été pris à St Barth et non à La Baule, tout le monde peut le voir dans les informations accompagnant la photo. Mais le problème est bien là, tout le monde peut voir ces informations. Du coup, si vous postez toutes les semaines des photos de vous à St Barth, difficile de faire croire que vous vivez en réalité dans un canton suisse plus de 6 mois par an...

C'est la mésaventure que vit actuellement le couple Hallyday. Des journalistes suisses ont trouvé étonnant le nombre de clichés postés par le couple sur le réseau Instragram pris loin des contrées helvétiques. Ils en ont donc fait une enquête qu'ils ont diffusé récemment sur la chaine RTS.

Les prudhommes ayant reconnu à plusieurs reprises la validité des preuves issues de réseaux sociaux, notre Johnny Hallyday national risque de nouveaux problèmes avec le fisc. La loi de programmation militaire récemment débattue inquiétait de nombreux internautes à cause de la possible intrusion de l'état dans la vie privée. Johnny nous montre une nouvelle fois que s'il est juste de s'inquiéter des risques d'atteinte à la vie privée, il est surtout important d'agir avec précaution lorsque l'on laisse des traces sur le net. Pas la peine d'enfreindre la sacro-sainte vie privée quand toute celle-ci est largement disponible à partir d'une simple requête sur google.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire