jeudi 12 décembre 2013

La mort de Mandela peut-elle faire de Barghouti un héros ?

Tag sur le mur israélien d'encerclement de la Cisjordanie
Si la mort de Mandela donnait vie à un nouveau héros ? Depuis la mort de Mandela, je vois de nombreux articles fleurir aussi bien dans les journaux traditionnels que sur le net au sujet d’un nouveau Mandela, Marwan Barghouti :
  • "Where is Palestine's Mandela ?" par Alan Hart
  • "Marwan Barghouti, le nouveau Mandela ?" dans Le Point
  • "De Nelson Mandela à Marwan Barghouti" sur AgoraVox
  • "Barghouti, le dalaï-lama : les autres Mandela" dans le JDD
  • "La lettre de Marwan Barghouti en hommage à Nelson Mandela" parue dans l'Humanité
  • "Is imprisoned Fatah leader Marwan Barghouti the Mandela of the Palestinians ?" par le Jewish Daily Forward
Je ne peux qu’aller dans ce sens. Je l’avais déjà évoqué dans un édito pour Mediavox alors qu’un confrère blogueur mais réactionnaire déplorait l’importance donnée à un ancien terroriste. La similitude entre les deux personnages est forte. Nelson Mandela fut condamné à perpétuité pour terrorisme pour ses actions au sein de la branche armée de l’ANC. Marwan Barghouti est actuellement 5 fois condamné à vie pour sa résistance face à l’occupation israélienne. Résistance à l’occupation israélienne car comment appeler une situation où un député élu peut être arrêté chez lui par une puissance armée étrangère ? Cette arrestation date d’il y a déjà 12 ans. Nelson Mandela avait du attendre 27 ans avant de retrouver la liberté.

Une fois libre, Nelson Mandela a appelé à la réconciliation et au pardon. Il a continué son combat politique et est devenu président de l’Afrique du Sud. C’est là où le lien avec Marwan Barghouti reste encore à construire et c’est expressément ici que nait l’espoir. Nelson Mandela est devenu cette figure de paix internationale grâce, entre autre, à l’action du gouvernement sud africain de l’époque qui a enfin mis fin à l’apartheid, permettant ainsi la libération des membres de l’ANC prisonniers politiques. Cela signifie que pour que la destinée héroïque de Marwan Barghouti aboutisse, il risque fort de devoir attendre une solution de paix acceptée par les états Israéliens et palestiniens. Autre solution, peut être plus réaliste, est la libération immédiate de Marwan Barghouti afin qu’il puisse se présenter à la présidence de la Palestine et qu’il puisse mener les discussions pour aboutir enfin à la paix entre les deux états.

Il reste un dernier point dans le jeu des différences entre Mandela et Barghouti, c’est le comportement des autres états. En 1990, pour arriver à la fin de l’apartheid et à la libération de Nelson Mandela, de nombreux pays ont participé au boycott et à l’isolement de l’Afrique du Sud. Aujourd’hui, nous sommes loin d’un embryon d’une telle action au niveau gouvernemental. D’ailleurs, en appelant au boycott de produits israéliens, des élus ont été poursuivis en 2009. Sans aller jusqu’à l’isolement complet du pays, comment espérer influer sur l’état d’Israel sans contrainte, sans sanction, avec uniquement des condamnations morales ?

La mort de Nelson Mandela aura permis de diriger les projecteurs vers la personnalité de Marwan Barghouti. Le plus bel héritage que pourrait léguer Nelson Mandela au monde serait de donner au monde un nouveau héros des droits civiques, un nouveau porte-parole des opprimés, un Marwan Barghouti libre.
(Au passage, si vous cherchez une idée de cadeau pour Noel, je ne peux que conseiller l'excellent recueil de texte de Marwan Barghouti : "La promesse, écrits de prison, 2002-2009" qui a servi à Alternatives Internationales en 2009 de déjà faire un parallèle avec Nelson Mandela).


1 commentaire:

  1. Les parrallèles sont toujours difficiles à faire.
    Amitiés

    RépondreSupprimer