mercredi 3 avril 2013

Montée du FN, Cahuzac ne doit pas être l'excuse

Illustration issue du blog de Pascal Colrat
L'Affaire Cahuzac avait pris du galon depuis la démission du ministre du budget, elle vient de gagner son A majuscule suite aux aveux de l'ancien ministre. Mais cette affaire est une affaire de justice et je vais attendre la fin de l'enquête et du procès qui en découlera car pour le moment, difficile de savoir les tenants et aboutissants : pourquoi a-t-il fait ça, avec quels fonds, avec l'aide de quelles personnes, mais aussi qui d'autres en a profité, pourquoi sortir ceci maintenant alors que les faits semblent avoir débutés il y a de nombreuses années.

En attendant ce jugement, il y a une rengaine qui revient : "le FN peut remercier Cahuzac, il leur apporte sur un plateau les clefs de nouvelles mairies, voire de futurs sièges de députés." C'est ce que sous-entendent Dominique Bertinotti (ministre de la Famille et ancienne maire du 4ème arrondissement) quand elle dit "les affaires ne sont jamais à mettre à l'honneur de la démocratie", Pascal Durand (secrétaire national EE-LV)  quand il déclare que c'est "un drame pour la démocratie" et Anne-Yvonne Le Dain (députée PS) : "nous ne sommes ni responsables, ni coupables et pourtant nous devons tous faire face pour éviter la vague populiste et nauséabonde qui s'annonce déjà."

Bien sur, l'Affaire ne va pas arranger les choses pour contrer un des arguments majeurs du programme FN, point pourtant facilement contre-attaquable, le "Tous pourris". Mais Cahuzac n'est pas le seul responsable et ne devra pas servir d'excuses aux prochaines élections en cas de nouvelle montée du FN. Le FN monte depuis longtemps. En 2012, on pouvait voir les hauts scores des frontistes en périphérie des grandes villes et dans les villes de campagnes. Ces hauts scores, et par conséquences ces villes en danger pour les futures municipales, ne reflètent pas tant l'exaspération des "tous pourris" que de l'oubli dans lequel ces habitants se pensent enfermer. Depuis de trop nombreuses années, plus nombreuses que les 10 dernières années de gouvernement de droite, il y a ce sentiment que les politiques se concentrent sur les grandes villes le Grand Paris et ses milliards de l'état, la future Métropole Lyonnaise, et leurs banlieues. Ce sentiment est conforté par les plans banlieues, les aides spéciales aux ZEP comme des accès privilégiés dans certaines grandes écoles quand d'autres se sentent livraient à eux mêmes au fond de leur campagne (attention, je ne dis pas que ces plans ne sont pas nécessaires). 

J'espère que la nouvelle politique de décentralisation de François Hollande va aider ces gens là, tout comme la lutte contre les "déserts médicaux" ou l'éloignement de la Justice dans certaines régions. Combattre le FN ce n'est pas qu'avoir un gouvernement irréprochable, c'est aussi répondre aux angoisses d'une partie de la population pas assez nombreuse, pas assez proches des grands lieux décisionnaires ou médiatiques pour se faire entendre. C'est aussi avoir une politique qui concerne tout le monde, tout le temps. Ce fut par exemple le cas quand le gouvernement a bloqué les loyers dans 38 agglomérations de métropole et d'outre-mer. Ce n'est pas le seul axe pour baisser les scores du FN, mais que ce serait bon de faire reculer le FN à coup de politique plutôt qu'à coup de postures.

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui, aussi, c'est ce qu'on m'a fait remarqué ce matin.

      Supprimer
  2. On est d'accord : ce n'est pas cette affaire qui fera monter le FN et c'est avec une bonne politique qu'on le fera reculer.

    Je te reprends juste sur une bricole. Tu dis : "Mais cette affaire est une affaire de justice". Oui et donc je m'en fous... C'est pour des faits qui remontent à 20 ans alors qu'il n'était pas encore dans la politique.

    C'est surtout une affaire de morale...

    RépondreSupprimer