lundi 15 avril 2013

Relançons l'Europe !

Les élus du groupe « Socialistes et Démocrates » au Parlement Européen organisent un tour d'Europe pour discuter de sujets de société avec les citoyens européens. Après Bruxelles, Florence, Nottingham et Trieste, Relaunching Europe (« Relançons l'Europe » en français) faisait ce week-end étape à Lyon pour parler d'intégration et d'immigration. Pour cela, deux personnages de marque étaient présents dans la métropole Lyonnaise : Sylvie Guillaume, député européenne, vice-présidente du groupe « Socialistes & Démocrates » et élue lyonnaise, et Hannes Swoboda, président du groupe S&D au parlement européen de nationalité autrichienne.

Assez étonnamment, cette rencontre n'a pas semblé passionner les médias, point positif pour moi, puisque ça m'a permis de partager un moment plus que privilégié avec Hannes Swoboda et Sylvie Guillaume avant le début officiel de la soirée. La soirée en elle-même était organisée sous la forme de deux tables-rondes avec des intervenants de différents pays animées par Angela de Santiago, créatrice du site Youphil.com.
La première table-ronde avait pour thème « Ce qui fonctionne et ce qui devrait être amélioré » et pour intervenants CécileKyenge Kashetu (député démocrate italienne et une des deux seuls députés issu de l'immigration au parlement italien), Clotilde Giner de France Terred'Asile et Philip Marcel de l'organisation Deutsch Plus qui intervient dans les écoles allemandes pour proposer des activités autour de la diversité. Cette table-ronde a aussi laissé la parole à Youcef Aouchiche du Front des Forces Socialistes algérien.
La seconde table-ronde parlait « Expériences locales dans des villes d'Europe » avec Catherine Fieschi, anglaise et directrice du think tank européen Counterpoint, LiviaTurco, ancienne ministre de l'immigration italienne et ThibaultRenaudin, qui représentait l'AFEV (Association de la Fondation Etudiante pour la Ville).

Que retenir de ces deux heures d'échange ?
Tout d'abord la volonté affichée de Hannes Swoboda pour une meilleure intégration des immigrés par l'élargissement de la citoyenneté européenne. Pour le président du groupe S&D européen, il est nécessaire d'accroitre les droits aux résidents d'origine extra-communautaire résidant depuis longtemps en Union Européenne et de leur donner le droit de vote aux élections locales, quel que soit leur pays de résidence.

Ensuite, il a été rappelé par de nombreux participants que les différents pays de l'Union Européenne devaient revoir et accorder leurs politiques en matières d'immigration. La quasi totalité des intervenants soulignaient la dureté des critères et donc la difficulté d'accès à la nationalité dans leur pays respectif. De plus des directives européennes sur l'intégration existent sans qu'elles ne soient mise en place dans toute l'Europe. Par exemple en Italie il faut résider depuis 10 ans sur le sol italien pour pouvoir entamer les démarches d'obtention de nationalité alors que l'Union Européenne ne demande que 5 ans de présence. Il a été aussi rappelé que les pays de l'Union Européenne devaient revoir sa politique en matière d'accueil de réfugiés. Les chiffres évoqués comparant la situation de la France et du Pakistan sont assez éloquents sur le sujet...

Sur l'immigration et l'intégration, il a été beaucoup question des Roms. Sylvie Guillaume a expliqué les actions réalisées par des associations sur le terrain pour aider quelques familles à s'intégrer, en les aidant à s'installer dans des logements au sein de petites structures pour faciliter leur intégration. Mais il a aussi été rappelé que cette question d'immigration de Roms doit aussi faire l'objet d'une attention toute particulière dans les politiques mises en place en Roumanie, Hongrie et en Bulgarie. Depuis plusieurs années, les socialistes européens luttent pour faire adopter une directive européenne contre les discriminations. Il est nécessaire et urgent que la Commission Européenne soit moins dans la posture et le discours et soit plus contraignante dans ses actions.
Hannes Swoboda
La crise économique actuelle était aussi présente dans les esprits. Si elle peut servir de terreau aux politiques populistes et xénophobes, les intervenants ont rappelé le pouvoir du dialogue. Pour tous les intervenants, le problème n'est pas dans les institutions européennes ni dans leurs politiques (même si tout n'est pas parfait), mais dans l'absence de confiance et de dialogue entre les communautés. Par exemple en France les entreprises sont trop souvent centrées sur les diplômes et les expériences françaises alors qu'elles auraient beaucoup à gagner en intégrant des personnes d'autres horizons avec leurs passés et leur expérience. Si les mouvements populistes progressent sur la défiance envers les institutions, il faut insister sur les réussites locales pour montrer que l'intégration fonctionne et que tout n'est pas qu'une question de textes législatifs. Sur le sujet, le principe de collocation solidaire mis en place par l'AFEV est assez remarquable. Afin de développer la mixité sociale et les rencontres entre les communautés d'une même ville, l'association aide à la mise en place de colocation entre étudiants dans certains quartiers en échange d'activités au sein d'associations ou de soutien scolaire dans le quartier.

En matière d'exemple d'intégration, quelques points très intéressants ont été soulignés. Tout d'abord qu'il n'existait pas de ville modèle en Europe dont il suffirait de copier le schéma pour garantir une bonne intégration des différentes communautés. Chaque pays, chaque région a ses propres spécificités et peut s'inspirer de certaines bonnes pratiques sans recopier un modèle précis. Ensuite en comparant le modèle français d'un centre-ville aisé et de banlieues synonymes d'exclusion et le modèle anglais où l'on peut retrouver toutes les minorités en centre-ville, le constat a été fait qu'aucune de ces deux solutions n'a empêché le développement de fortes inégalités. L'excellent Thibault Renaudin de l'AFEV a fortement insisté sur ces points. Pour lui, « c'est à nous de fracasser les politiques d'exclusion ». Quand on lui pose la question de ce que pourrait faire les politiques pour aider l'intégration des familles d'Afrique subsaharienne, il retourne la question en comment améliorer le « vivre-ensemble » et garantir l'égalité des droits.

A écouter les différents intervenants, la clé de l'intégration se trouve dans ce « vivre-ensemble », dans toutes les actions locales, politiques ou associatives, pour créer une véritable d'union entre les habitants et non de simples communautés repliées sur elles-mêmes.

Pour conclure, l'Union Européenne est déjà équipée d'une Charte des Droits Fondamentaux qui garantit une série de droits à toutes personnes vivant dans l'Union Européenne. Cette charte doit être la pierre angulaire des politiques d'immigration et d'intégration de tous les pays, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui. Le Parlement Européen doit aussi réussir à faire rapidement aboutir cette directive anti-discrimination malgré les réticences des élus conservateurs.

La qualité et la diversité des interventions a fait de cette rencontre de « Relancer l'Europe » une véritable réussite. C'est assez incroyable de voir que si les problématiques sont similaires dans de nombreux pays, les solutions envisagées ou mises en place sont différentes mais tournent toutes autour des mêmes axes :
  • l'éducation : égalité de moyens pour les jeunes générations, mais aussi éducation des nouveaux arrivants,
  • la cohésion sociale : égalité dans l'accès au logement et à la santé par exemple, mais aussi dialogue et échanges entre tous,
  • la participation économique : non discrimination à l'accès à l'emploi, intégration des talents quel que soit leur origine,
  • la citoyenneté : droit de vote pour tous les résidents, fin de l'arbitraire pour l'accès à la nationalité mais aussi la représentation dans les médias et dans les différentes instances élues ou non.

Toute la soirée était retransmise en direct et dans une qualité incroyable sur le site relaunchingeurope.eu. Je vous donne donc rendez-vous le 29 avril pour la prochaine étape de l'événement qui aura lieu en Bulgarie sur l'accès à l'emploi de la jeunesse européenne.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire