vendredi 3 mai 2013

10 raisons de vandaliser un local PS

Avant le 1er mai
Après le 1er mai

Suite au vandalisme du local du Parti Socialiste du 4ème arrondissement de Paris qui a eu lieu dans la nuit du 30 avril au 1er mai, je me suis posé comme question quel intérêt peut-on trouver à vouloir briser les vitres d'un local d'un parti politique. Voici les 10 raisons retenues (et les potentiels auteurs) :
  1. Obtenir en avant première des tracts défendant la politique de François Hollande (des batavophiles convaincus)
  2. Montrer l'importance du double vitrage aussi bien dans la prise de conscience énergétique que dans la prise de conscience sécuritaire (les écolos, faction Corinne Lepage)
  3. Représailles de la police du bon goût suite à l'affichage des derniers tracts PS (tout citoyen ayant du goût)
  4. Contre un local non commercial rue François Miron (des promoteurs immobilier sans scrupule)
  5. Pour l'existence d'un seul et unique local politique de gauche dans le 4ème (des Front-de-Gauchistes qui s'échauffaient avant le 1er mai)
  6. Pour la neutralité des rues parisiennes avant les municipales de 2014 (action militante et artistique de Gaspard Delanoë)
  7. Contre le mariage pour tous, brisons du verre pour les empêcher de sortir du placard (le Printemps Français, what else?)
  8. Contre l'absence de représentation de Valérie Trierweiler en vitrine (le fan club de Valérie Trierweiler)
  9. Contre l'art contemporain (un terroriste au strabisme handicapant qui s'est trompé de vitrine)
  10. Pour la mise en place de nouvelles vitrines en verre révolutionnaires (le lobby des producteurs de verre proche du MEDEF).

Bref, ce billet qui se veut ironique souhaite montrer que la sécurité d'un local politique peut être mise en danger par n'importe quel farfelu de tout bord. En revanche, la menace et la violence n'empêcheront ni débat démocratique, ni la défense de l'action gouvernementale, ni la présence militante dans l'arrondissement. A titre personnel, je plains même les auteurs de cette action car ne pas réussir à exprimer son mécontentement autrement qu'en saccageant une vitrine du PS local et non du PS national, c'est soit une preuve de méconnaissance des lieux de décisions du PS, soit une bêtise sans nom de croire qu'une vitrine brisée puisse changer la politique d'un pays. En revanche je suis très heureux que cette action se soit déroulée assez tard dans la nuit pour qu'aucun militant n'est eu à avoir peur de sa sécurité face à cette faune anti-démocratique.

2 commentaires: