lundi 6 mai 2013

Mon 6 mai 2012, de bons souvenirs et aucun regret

Place de la Bastille, 6 mai 2012
Le 6 mai 2012, je m'en souviens comme si c'était hier. La journée avait commencé par ma participation au bureau de vote de mon quartier. Les électeurs répondaient massivement à l'appel. Ensuite j'avais donné rendez-vous à mes amis pour suivre la soirée électorale ensemble, les bouteilles de champagne étaient déjà au frais mais attendaient sagement l'apparition de mon champion sur les écrans des émissions spéciales avant d'être débouchées. La soirée s'est finie très tard sur la place de la Bastille où les Franciliens s'étaient donné rendez-vous pour acclamer le nouveau président de la République. Cette place de la Bastille était magnifique, noire de monde, remplie de drapeaux de toutes les couleurs, diversité de drapeaux qui symbolisait mieux que tout le large spectre de la population qui attendait avec impatience ce changement.

Ce 6 mai 2012, j'attendais, comme beaucoup d'autres, que mon gouvernement arrête de proposer des solutions à cette crise qui enfonçaient toujours plus les plus faibles et aidaient toujours plus les plus puissants. J'attendais avec impatience les invitations des mes amis homo à leur mariage. J'espérais de tout cœur voir s'arrêter la stigmatisation des étrangers, des syndicalistes, des musulmans, des fonctionnaires, des chômeurs, bref j'espérais retrouver rapidement un gouvernement qui apaise.

Ce 6 mai 2012, j'avais conscience de vivre un moment historique. J'étais place de la Bastille comme l'avait fait les précédentes générations de socialistes le 10 mai 1981. C'était l'accomplissement d'une très longue campagne électorale qui avait commencé à l'été 2011 avec les primaires citoyennes et qui prenait fin dans la joie et l'allégresse.

Aujourd'hui, 6 mai 2013, l'ambiance n'est pas à la joie dans mon entourage. L'UMP a continué d'opposer les Français les uns aux autres durant les débats sur le mariage pour tous. Le chômage qui était en hausse continue depuis 13 mois en mai 2012 l'est toujours sans le moindre répit. Des Roms et des Afghans sont toujours expulsés même s'il me semble que les alertes de RESF sont moins fréquentes. Pourtant ce 6 mai 2013 sera fêté comme il se doit. Les mêmes invités que l'an dernier envahiront mon salon, les bouteilles de champagnes s'ouvriront de nouveau à 20h et qui sait, peut être iront nous faire un tour place de la Bastille qui aura vu la veille les amis d'un tour manifestaient.

Ce 6 mai 2012 restera longtemps gravé dans ma mémoire. Je partage avec vous le récit qu'avait fait ce soir là une journaliste de Radio France qui nous avez suivi toute la soirée :

Et je ne peux que vous conseiller de regarder l'excellent documentaire de Jeremy Sahel intitulé "Le 6 mai" et qui est diffusé ce lundi à 20h30 sur LCP (rediffusé le 8 mai à 9h et le 10 mai à 15h et un streaming surement bientôt disponible).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire