mardi 4 mars 2014

Les sages-femmes en ont ras le col, suite et fin ?

Marisol Touraine et des sages-femmes
à la table des négociations
Depuis le mois d'octobre les sages-femmes étaient en grève pour une meilleure reconnaissance de leur profession. Pour résumer, elles souhaitaient que leur métier soit considéré comme une profession médicale à part entière ayant un rôle à part entière dans le suivi de la plus grande partie des femmes enceintes. Elles demandaient également que leur reconnaissance et leur rémunération soient à la hauteur de leurs études puisque pour exercer, elles ont une formation de 5 années après le bac mais considéré dans le milieu hospitalier au même niveau que d'autres professions accessibles avec un bac+3.

Leurs revendications n'étaient pas si évidentes que ça à faire passer. En effet, impossible pour elles de bloquer l'accès aux hôpitaux et impossible pour elles de stopper en nombre leur activité. Comme tout personnel médical, leur présence dans les maternités sont indispensables et il est compliqué de demander aux futures mères de revenir plus tard car le service est bloqué pour cause de mouvement social...

Après un peu plus de 4 mois de mobilisations et de discussions avec le ministère de la Santé, Marisol Touraine a présenté 5 solutions pour essayer de mettre enfin en valeur ce métier vital. Ce qui n'est pas gagné encore...
  1. Des compétences médicales valorisées : une importante communication va être mise en place pour expliquer aux femmes que le rôle des sages-femmes ne se limite pas aux accouchements mais que les sages-femmes peuvent effectuer un suivi gynécologique et peuvent être consultées pour des questions de contraception.
  2. Des responsabilités renouvelées : les sages-femmes seront partie prenante dans l'élaboration des projets médicaux des maternités. Les sages-femmes pourront de plus prendre la direction d'unités fonctionnelles pour travailler avec des gynécologues, des anesthésistes et des pédiatres.
  3. Une formation renforcée : les étudiants de 4ème et 5ème année verront leur statut amélioré et leur rémunération alignée sur les autres étudiants en médecine de même niveau.
  4. Une rémunération revalorisée : les salaires vont être prochainement revus à la hausse et seront associés au niveau de responsabilité des sages-femmes.
  5. Un statut de sages-femmes des hôpitaux créé : les sages-femmes auront leur propre statut dans la fonction publique hospitalière. Leur représentation au sein du comité médical d'établissement sera renforcé. 
C'est sur ce dernier point que des désaccords persistent, principalement entre les différents acteurs de la profession. D'un côté un collectif de sages-femmes souhaite obtenir un statut de praticien hospitalier copié sur le modèle des médecins. De l'autre côté l'intersyndicale souhaite un nouveau statut au sein de la fonction publique hospitalière afin que les sages-femmes ne perdent pas leur statut de fonctionnaire. C'est cette dernière position qui a reçu au final l'aval de Marisol Touraine, cela signifie donc que certaines sages-femmes devraient continuer à se mobiliser pour obtenir une entière satisfaction de leurs revendications. Si des sages-femmes me lisent, je veux bien avoir leur avis en commentaires car personnellement, j'ai l'impression que tout ce qui a été proposé représente une sacrée avancée pour la profession et que le statut de fonctionnaire préservé est une bonne chose.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire