lundi 12 janvier 2015

3,5 millions de personnes contre les méchants

Comme prévu, peut être même plus que prévu, la marche de dimanche fut un véritable succès. Environ 3,5 millions de Français se sont retrouvés partout en France pour faire face au terrorisme. A Paris, nous étions surement 1,5 millions même si la police a annoncé qu'avec un tel afflux de personnes, il était impossible de réaliser un décompte. Personnellement, j'ai bien cru ne jamais voir le début de la marche, c'est à dire la Place de la République. En arrivant sur le boulevard St Martin, au niveau de la station de métro Strasbourg St Denis, il y avait déjà une foule dense, un véritable cortège de manif alors que nous n'étions à 750m du point de rendez-vous. En plus de deux heures, j'aurais réussi à faire 700 mètres, donc toujours pas sur la Place de la République. Au final, j'ai du faire demi-tour, prendre des chemins de traverses pour arriver à 17h45 sur la place, toujours noire de monde avant de retrouver un véritable cortège sur le boulevard Voltaire. Mention spécial pour le plus chou des slogans sur une pancarte accrochée à une épée en plastique et porté par un très jeune indigné:


Le problème est comme dans toute manifestation, on trouve toujours des personnes qui n'ont rien compris. J'ai souri quand j'ai lu le résumé de la marche façon Sarkozy qui aura tout fait pour passer du troisième rang au premier afin de réussir à apparaitre sur la photo au milieu des dirigeants en exercice (à lire sur le site de L'Express par exemple).
Je souris un peu moins en lisant un tweet de Yves de Kerdrel qui a cru manifester "contre l'islamisation de la France". Dépit et désespoir, certains ne comprendront donc jamais. Espoir, si dire des conneries c'est autorisé, corriger aussi, c'est ce qu'a fait le CRIF.


Avec ce genre de personne, je me dis qu'il faudrait peut être prendre Desproges au pied de la lettre: 
"Je manifeste toujours tout seul.
Quand on est plus de quatre on est une bande de cons. A fortiori, moins de deux, c’est l’idéal."

5 commentaires:

  1. Ah Desproges, mardi soir je terminais "encore des nouilles" et me disais qu'il manquait , si j'avais un pouvoir ce serait de le ressusciter,
    et le mercredi il serait de nouveau mort avec les Charlie :(

    RépondreSupprimer
  2. Les 62 millions qu'étaient pas là, z'étaient pour qui?

    Curieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi curieux ? La liberté de marcher implique la liberté de rester chez soi, fort heureusement.

      Supprimer
  3. Ionesco et la rhinocerite! "Nous sommes des Rhinoceros!"
    Quand je vois les slogans sur les murs et sur les journaux, les files bien pensantes devant les magasins, j’ai envie de dire attention quand on a la rhinocerite, ce n’est pas forcement reversible….
    Si vous avez envie de marcher contre la betise, renseignez vous sur les pedodagie respectueuse de l’enfant et marcher la prochaine fois pour le changement de l’éducation nationale!

    RépondreSupprimer