mercredi 7 janvier 2015

Balles tragiques à Charlie Hebdo


Les Français ont peur (pour leur vin)
Wolinski en 1980
Il est très rare que je prenne ma pause déjeuner devant mon PC, mais quand je le fais, je m’installe devant Libe.fr et je lis tout ce qui passe. Ce fut le cas ce midi et quel coupe-faim d’y lire qu’une fusillade a eu lieu à Charlie Hebdo. De suite, je me souviens de la fusillade à Libé justement il y a un peu plus d’un an, vient en tête aussi l’incendie criminel dont avait été victime Charlie Hebdo à l’époque des caricatures de Mahomet. Je suis touché, à peu près de la même façon qu’un après-midi de septembre 2001.

La suite fut une descente sans fin dans l’effroyable : la présence de personnes avec kalachnikov et lance roquettes, la nouvelle d’un mort, vite éclipsée par l’annonce du décès de 11 personnes. Vigipirate passe au niveau attentat. Puis les rumeurs les plus folles, Charb serait grièvement blessé. Puis mort. La nouvelle de la mort de Cabu suit. Wolinski et Tignous seraient eux aussi morts. L’emploi du conditionnel n’est pas présent dans les tweets, dans les annonce de lepoint.fr ou de lefigaro.fr pourtant je ne peux m’empêcher de me dire qu’ils sont sacrément cons d’annoncer la mort de personne alors que ça ne peut être que faux. On ne s’amène pas comme ça dans un journal pour tuer des journalistes, des dessinateurs satiriques, nous sommes en France au XXIème siècle. Puis les confirmations arrivent sans que la raison ne comprenne ce qu’il se dit. Les noms de victimes continuent de tomber, Bernard Maris serait des victimes lui aussi.

L’horreur continue, espérons qu’elle ne se propage pas. Mais ne sombrons ni dans la peur, ni dans la panique. Après le massacre d’Utoya, le maire d’Oslo disait : « On punira le tueur en réagissant avec plus de tolérance et de démocratie. » J’espère que Charlie Hebdo réussira à tenir debout après ce drame, j’espère que personne en France ne sombrera dans la vengeance bête et aveugle en réponse au meurtre de nos dessinateurs « bêtes et méchants ».

Aucun commentaire:

Publier un commentaire