samedi 30 mars 2013

Le paysage syndical pour les 4 années à venir

Ce vendredi le ministère du Travail a publié la liste des organisations syndicales dites représentatives, c'est à dire la liste des syndicats qui auront le droit de s'assoir à la table des négociations pour les futurs accords.

Première info de cette annonce, les 5 syndicats traditionnels (CFDT, CGT, FO, CGC, CFTC) ont dépassé les 8% demandé aux élections des représentants du personnel dans les différentes entreprises privées. Pour info, ces 5 organisations étaient considérées comme représentatives depuis un décret de 1966, c'est donc la première fois que la représentativité est mesurée sur la base des résultats aux élections professionnelles.

Deuxième info, si la CGT est en tête avec 26,77% (30,62% en poids relatif, poids pris en compte pour les 4 années à venir), elle est au coude à coude avec la CFDT (26%, 29,74% en poids relatif). Ensuite arrivent FO (15,94%, 18,23% en relatif), CFE-CGC (9,43%, 10,78% en relatif), CFTC (9,30%, 10,63% en relatif). Enfin, 2 organisations sont en dessous des 8% : UNSA (4,26%) et Solidaires (3,47%). C'est donc une très belle nouvelle pour la CFDT qui montre que sa ligne progressiste fonctionne au près des salariés, contrairement à ce que l'on pourrait croire quand on entend le discours de certains.

Troisième point, toujours sur les chiffres, la participation aux élections professionnelles est de 42,78%. On essaye souvent de dénigrer les syndicats en insistant sur le faible taux de syndicalisation des employés du privé mais l'important n'est pas le nombre d'encartés mais le nombre de votants. En politique, on ne donne pas plus de crédit à un parti plutôt qu'un autre en fonction de son nombre d'adhérents, pourquoi raisonner ainsi avec les syndicats? Avec une abstention de 57,2%, il est difficile de se congratuler mais les résultats sont tout aussi crédibles que les résultats d'une élection cantonale, élection qui doit avoir sensiblement le même taux de participation.

Quelles vont être les conséquences à présent ?
Cette représentativité est valable pour les 4 prochaines années. On connait donc les interlocuteurs du gouvernement jusqu'à la fin (ou presque) du quinquennat. Pour les prochaines négociations, les accords seront signés si le ou les signataires représentent plus de 30% des salariés et si les opposants représentent moins de 50%. Si on prend l'exemple du dernier accord qui a fait hurler la CGT, l'ANI, l'accord aurait aussi été considéré comme signé avec le nouveau principe. En effet, 3 organisations l'ont signé (CFDT, CGC et CFTC), ce qui fait 51,15%. 

Jeudi soir, François Hollande a parlé d'augmenter le nombre d'années de cotisation pour la retraite. Cette augmentation sera définie par les syndicats et des alliances devront se faire pour arriver à un accord. La question va donc tourner sur qui va s'allier avec la CGT et qui va s'allier avec la CFDT. 

En résumé, c'est le syndicat qui réussira à rassembler autour de ses idées sera le véritable moteur des prochaines négociations. Si je vois ce résultat comme une très bonne nouvelle pour la CFDT, c'est, comme le dit Authueil, la CGC et la CFTC les vrais vainqueurs de cette annonce car ce sont eux qui auront le pouvoir de faire signer ou pas les futurs accords.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire