mardi 11 février 2014

La droite régressive

Jean-François Copé à poil
Ce n'est pas toujours facile d'être dans l'opposition. Bientôt 2 ans après leur éviction du pouvoir, certains ont encore du mal à se mettre au travail pour faire de leur parti une force de propositions alternatives contre le gouvernement socialiste. A la place, ils préfèrent succomber aux charmes d'une poignée de militants plus bruyant que les autres et surtout bien plus réactionnaires.

C'est comme ça qu'on en arrive à ce qu'un premier parti d'opposition préfère parler littérature jeunesse plutôt que de politique. Jean-François Copé s'est trouvé un nouveau cheval de bataille, le livre pour enfant "Tous à poil". Ce livre est bien trop subversif pour le président auto-proclamé de l'UMP qui s'insurge que l'on puisse expliquer aux enfants qu'il ne faut pas aller se baigner tout habiller...

Conséquence néfaste de cette attaque copéenne sortie de nul part, les jeunes réactionnaires du Printemps Français se sont crus adouber d'une légitimité présidentielle pour demander à certains maires le retrait des bibliothèques municipales de livres tels que "tous à poil" mais aussi d'ouvrages bien plus dangereux comme "Tango a deux papas" ou "Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi ?". Leur combat est tellement absurde que de nombreux maires difficilement suspectables de connivences avec la menace LGBTI (Versailles, St Germain en Lay) restent sans voix. Le maire du Chesnay (lui non plus ne semble pourtant pas proche du pouvoir dictatorial socialiste) se moque de ce combat : "Si il faut retirer tous les livres qui posent un problème de philosophie, je ne suis pas sûr qu’il reste beaucoup de livres dans les bibliothèques".

Ces derniers éléments sont inquiétants pour la droite. Si le combat du Printemps Français confirme l'idée que la Manif Pour Tous tend à devenir un "Tea Party" à la française, cette tendance semble se propager au sein de l'UMP. Cela se confirme quand on compare les axes de batailles des deux partis. Le Tea Party s'était fait remarquer, entre autre, pour vouloir réécrire les livres scolaires afin de les rendre plus proches de leur idéologie moyenâgeuse, c'est à dire en rendant obligatoire l'apprentissage du créationnisme dans les cours d'histoire. L'UMP aujourd'hui n'hésite pas à cautionner les appels au retrait des enfants de l'école pour leur éviter un supposé endoctrinement à la théorie du genre par des lobbyistes LGBTI.

Toute cette pudibonderie de la part de Jean-François Copé et d'autres me fait rappeler cet épisode qui m'avait bien fait rire à l'époque. Silvio Berlusconi avait fait voilé un sein nu sur une peinture qui servait de toile de fond dans la salle de presse où il intervenait. Le même Silvio Berlusconi qui n'hésite pas à organiser des soirées "bunga bunga" avec de nombreuses jeunes (parfois trop jeunes) femmes était gêné par une peinture datant du 18ème siècle ! 

Sarkozy voulait en finir avec l'héritage de mai 68, ses successeurs sont bien partis pour en finir avec le 20ème siècle et revenir à la douce époque du 19ème siècle, cette époque où les rouges se faisaient tuer à coups de canons et où l'on construisait des basiliques pour expier les péchés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire